Insolentiae « La toute-puissance des entreprises, un immense danger pour chacun de nous ! » L’édito de Charles SANNAT

Insolentiae

« La toute-puissance des entreprises, un immense danger pour chacun de nous ! » L’édito de Charles SANNAT

Charles Sannat 12 avril 2017

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Vous avez sans doute croisé cette information concernant l’évacuation musclée d’un passager United Airlines qui, précisons-le, a eu pour seul tort non pas d’agresser le personnel, ou encore d’être saoul, ou d’une manière ou d’une autre d’importuner ou d’empêcher le vol. Non, le seul tort de cet homme disais-je a été de monter dans un avion avec un billet, après avoir été enregistré et donc dûment autorisé à entrer dans ledit avion.

Le seul tort donc parce qu’on le cherche encore, c’est de se retrouver dans un avion où il y a 4 passagers en trop…

Vu que même les terroristes ne peuvent plus monter dans les avions, surtout aux États-Unis, la question qui se pose est de savoir comment diantre une entreprise comme l’United Airlines, qui n’est pas la première venue dans le monde de l’aviation commerciale, a pu commettre une telle bourde.

Mais en plus, ils ont tiré à la courte paille c’est-à-dire au sort, les 4 passagers qui devaient sortir.

À son nom ledit gus n’a pas voulu sortir, police, vigile, tutti quanti et à la fin, un pauvre type se retrouve tiré inconscient et sanguinolent d’un avion juste parce qu’il a été tiré au sort pour compenser les bourdes d’une entreprise, et pire… pour compenser les failles d’un système commercial visant le profit à tout prix et le mépris le plus total des clients et de leur humanité.

Les excuses pathétiques, et très révélatrices d’un système, du « pédégé » de la compagnie

« Les vidéos mises en ligne par des passagers montrent le moment où trois policiers s’approchent d’un homme d’origine chinoise déjà installé sur son siège. Ce dernier commence à hurler lorsque l’un des agents le saisit de force. Il se cogne ensuite violemment sur l’un des accoudoirs avant d’être traîné au sol jusqu’à la sortie. Une fois au sol, l’homme, semblant inconscient, est tiré sur toute la longueur du couloir sous les yeux des passagers indignés.

Après plusieurs heures de controverse, le PDG de United Airlines, Oscar Muñoz, a affirmé qu’il s’agit d’«un événement qui nous bouleverse tous ici chez United». «Je m’excuse d’avoir dû replacer ces clients ailleurs», poursuit-il dans un communiqué publié sur le site de la compagnie lundi. «Nous tentons également de contacter ce passager pour lui parler directement et pouvoir résoudre ce problème». »

Le problème fondamental, ici, n’est pas le cas isolé de ce gus, dont on a « que faire » de manière générale, le problème c’est que le cas de ce type révèle un système devenu totalement fou et hors de contrôle.

Le patron de la compagnie ne s’excuse qu’à peine, son seul problème étant non pas ce qu’il s’est passé et la façon dont cela a été géré, mais bien de s’être fait attraper et filmer. C’est le seul véritable problème de cette compagnie aérienne, et… de toutes les autres !

Des compagnies devenues juste totalement arbitraires et totalitaires vis-à-vis de leur propre clientèle. Des clients d’ailleurs que les industries n’hésitent plus à tuer au sens propre du terme avec leurs produits sans que cela ne leur pose aucun problème de moralité.

Vous êtes en plein totalitarisme marchand.

Il va vraiment falloir encadrer les vidéos comme on le fait pour les « fake news ».

Évidemment, Internet, les réseaux sociaux, les vidéos que chaque citoyen peut faire avec son téléphone, tout cela rend visible aux yeux de tous les dérives évidentes de certains.

C’est d’ailleurs le cas avec l’information et tous les débats autour de ce que l’on appelle les « fake news », ou les « fausses nouvelles » comme on pourrait le traduire en français.

Bien souvent, les grands médias servent de moyen d’intoxication des masses et de propagande. Pourtant, ceux qui tentent de dire autre chose, ou de faire valoir un point de vue différent, ce qui est tout de même la base de la démocratie, finiront par être tout simplement interdits.

Interdit d’ailleurs aussi sans doute bientôt de partager des vidéos qui « mettront en cause l’image d’une entreprise » et hop ! voilà, le tour est joué, et croyez-moi, ce tour sera joué.

Vous croyez cela impossible ? Pourtant, il est déjà formellement interdit par la loi d’appeler à boycotter un pays ou une entreprise. Interdit. Personne n’a le droit d’appeler au boycott d’une compagnie comme United Airlines. Hein… Hein… 😉 Sinon, zou, procès !

Les grandes multinationales, qui ont les moyens non seulement d’assigner les États mais aussi de corrompre massivement les politiciens à force de plus ou moins grands arrangements, accompagnées d’une cohorte de lobbyistes capables de se charger de la gestion quotidienne des petits à-côtés, sauront faire passer une telle législation.

Vous pouvez avoir raison, faire valoir vos droits devient de plus en plus long, coûteux, et complexe !

Alors, ce pauvre gus avait payé son billet.

Il était dans le bon avion.

Il a bien été « enregistré ».

On lui a attribué sa place…

Il aurait pu se faire tuer.

Il pourra porter plainte.

Prendre un avocat.

Puis aller en appel.

Et en appel d’appel, (je ne sais pas exactement comment cela fonctionne aux USA mais vous voyez l’idée) et dans 15 ans, son histoire finira devant la Cour Suprême, qui rendra un jugement plus ou moins clair.

La justice sert désormais les puissants et les multinationales, et ce sera encore pire lorsque nous aurons accepté de privatiser notre justice et de la remettre à des tribunaux privés d’arbitrages !

Puis les armées et la police serviront de bras armés à ces corporations, et c’est déjà en grande partie le cas avec l’armée américaine qui protège à Bagdad le ministère de l’Énergie et laisse, en face, le plus grand musée irakien se faire piller.

Il a donc raison ce pauvre gus, comme tous les pauvres gus que nous sommes, mais pourtant, il aura tort quand même, et faire valoir ses droits sera un long et douloureux parcours du combattant.

Il gagnera sans doute à la fin, après y avoir laissé sa santé, sa famille, et quelque part, sa vie.

Le méchant, aujourd’hui, l’ennemi réel de tous les peuples de la planète est rarement le peuple voisin, même si ce dernier peut être instrumentalisé.

La réalité, c’est qu’aujourd’hui, l’ennemi terrible que nous affrontons, est celui que j’appelle le système totalitaire marchand et qui regroupe aussi bien les mondialistes que les grandes compagnies et qu’un nombre certain de politiques servant la soupe.

Ce système veut la disparition des nations, des différences, des droits, et des coutumes, ce système ne reculera devant rien pour annihiler tous ceux, et tout ce, qui pourront lui opposer une résistance.

Ce système ne supporte aucune contradiction, aucun contre-pouvoir.

Ce système est un totalitarisme aussi dangereux que tous ceux qui ont déjà ravagé la planète et il doit être dénoncé et combattu sans relâche.

Le bonheur et la grandeur n’ont jamais résidé dans le matérialisme, la consommation et « l’Hanounanisation » des esprits.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

A propos de Charles Sannat – Mon compte – Mentions légales – Conditions générales de vente – Contact

The Economic Collapse :The Price Of Gold Spikes As Investors Get Spooked By Talk Of World War III And Nuclear Conflict

The Economic Collapse

The Price Of Gold Spikes As Investors Get Spooked By Talk Of World War III And Nuclear Conflict

The Price Of Gold Spikes As Investors Get Spooked By Talk Of World War III And Nuclear Conflict

Posted: 11 Apr 2017 09:26 PM PDT

Whenever the world starts going crazy, investors instinctively begin flocking to precious metals. So it wasn’t exactly a surprise when gold and silver prices started to move upward aggressively as global leaders continued to talk about the possibility of World War III and nuclear conflict. The price of gold spiked to a five month high on Tuesday, and as I write this article gold is currently sitting at $1277.10 an ounce. Right now silver is at $18.35 an ounce, and many analysts believe that it is poised for a dramatic jump in the weeks and months to come as global tensions continue to rise. Google searches for the phrase “going to war” are the highest that they have been at any point in recent years, and many people out there are starting to understand that the U.S. could soon be facing military conflicts in Syria and in North Korea simultaneously.

In response to persistent threats from the Trump administration, the North Koreans are promising that they will not hesitate to use nuclear weapons if they are attacked by the U.S. military.

In particular, an article that was just published in North Korea’s official state newspaper says that U.S bases “in South Korea and the Pacific operation theater but also in the U.S. mainland“ would be targeted.

Most analysts do not believe that North Korea has any missiles that can reach the U.S. mainland, so that is probably an empty threat, but they can definitely hit Seoul, Tokyo and all U.S. military bases in South Korea and Japan.

And even if the U.S. was able to locate and take out all North Korean nukes in an overwhelming first strike, the North Koreans would still have thousands of artillery guns and rockets aimed at Seoul. Military analysts in the western world have estimated that North Korea could fire off up to half a million rounds within one hour of being attacked, and the devastation that such a barrage would cause in Seoul would be beyond anything that we have ever seen in the modern world.

Personally, I have come to the conclusion that it is going to be nearly impossible to conduct a conventional military assault on North Korea that does not result in an absolutely catastrophic death toll.

Unfortunately, Donald Trump appears determined to do something anyway. A couple of days ago we learned that he “has ordered his military advisers to be ready with a list of options to smash North Korea’s nuclear threat”, and on Tuesday he told the world that the U.S would “solve the problem” whether China helps or not…

Trump, who has urged China to do more to rein in its impoverished ally and neighbor, said in a tweet that North Korea was “looking for trouble” and the United States would “solve the problem” with or without Beijing’s help.

Just like he did with Syria, Trump’s words have now committed us to taking military action in North Korea.

Let us hope that any military action is delayed for as long as possible, but it is definitely alarming that Trump boasted to the Fox Business Network about the “very powerful” naval armada that is sailing toward North Korea right now…

“We are sending an armada. Very powerful,” Trump told Fox Business Network. “We have submarines. Very powerful. Far more powerful than the aircraft carrier. That I can tell you.”

Meanwhile, it is being reported that the Chinese have deployed 150,000 troops to their border with North Korea as they continue to warn both sides against taking military action.

Over in the Middle East, things continue to get even more tense as well.

Russia and Iran have pledged to “respond with force” to any additional U.S. attacks, but the Trump administration is not showing any signs of backing down. In fact, White House press secretary Sean Spicer has substantially lowered the threshold for more military conflict by suggesting that the use of “barrel bombs” may be enough to justify another attack. Considering the fact that everyone in the Syrian civil war has been regularly using barrel bombs for many years and that approximately 13,000 were used in 2016 alone, it is very alarming for Spicer to say such a thing.

On Tuesday, Trump told the American people that “we’re not going into Syria”, but what happens if he orders another missile strike and the Russians and Iranians respond by shooting down some U.S. aircraft or by sinking an entire aircraft carrier?

I can guarantee you that members of Congress from both parties will be absolutely screaming for war if CNN starts endlessly playing footage of a U.S. aircraft carrier sinking after it has been struck by the Russians or by the Iranians.

We are so close to World War III erupting in the Middle East, and there was no need for the U.S. to get involved in the first place. According to former CIA officer Philip Giraldi, evidence continues to mount that Assad had absolutely nothing to do with the chemical attack that Trump got so upset about…

Philip Giraldi, former CIA officer and director of the Council for the National Interest, stated on the Scott Horton show that “military and intelligence personnel” in the Middle East, who are “intimately familiar” with the intelligence, call the allegation that Assad or Russia carried out the attack a “sham.”

Giraldi said the intelligence confirms the Russian account, “which is that they [attacking aircraft] hit a warehouse where al-Qaeda rebels were storing chemicals of their own and it basically caused an explosion that resulted in the casualties.” Moreover, Giraldi noted, “Assad had no motive for doing this.”

Investors that can see the writing on the wall are already getting out of stocks and into precious metals while there is still time to do so.

Because if we get into a direct military conflict with Russia and Iran in Syria, global financial markets will crash and gold and silver will soar into the stratosphere.

And of course a similar scenario would play out if we attack North Korea and the North Koreans respond by firing off nuclear or chemical warheads at targets in South Korea and Japan.

I did not expect that we would be on the verge of World War III less than three months into the Trump administration, but here we are.

These are perilous times, and those that are wise are moving their money and are making key preparations before things spiral completely out of control.

Olivier Demeulenaere:« En Marche, ça marche » : le clip de Macron qui touche le fond

Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

« En Marche, ça marche » : le clip de Macron qui touche le fond
Publié le 12 avril 2017 par Olivier Demeulenaere

En Marche dans une voiture… pour prendre le train en marche (sic)… Je vous laisse apprécier la finesse et la profondeur du texte. 😦 OD

[Mise à jour 12/04] Il semblerait que le clip soit le fruit d’une « initiative strictement personnelle », du moins si l’on en croit GingerL, la chanteuse qui l’a publiée sur sa chaîne YouTube (source).

« Comment ça marche ? Viens prendre le train en Marche, car toi et moi, ensemble, ça marche pour nous, ensemble on marche, ça marche car tous ensemble on rêve en marche. En Marche pour la France. Oui ensemble, ça marche En marche… »
Partagez cet article :

A propos Olivier Demeulenaere
Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie

2

Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie
Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
🙂

Le blog de Liliane Held-Khawam: 99,6% de l’or vendu dans le monde… n’est pas de l’or ! Anthony Alberti

Le blog de Liliane Held-Khawam

99,6% de l’or vendu dans le monde… n’est pas de l’or ! Anthony Alberti

Aujourd’hui, la vente de contrats à terme sur les métaux précieux a pris tellement d’ampleur que l’or papier représente désormais plus de 200 fois la quantité réelle d’or physique échangé !

En 2016, l’or papier (c’est à dire le marché dérivé des titres qui sont censés s’appuyer sur l’or) a battu un nouveau record avec près de 10 000 milliards de dollars échangés, soit l’équivalent de 243 000 tonnes d’or, à des années-lumières donc des véritables quantités de métal produites durant la même période (environ 3200 tonnes).
L’or papier : un marché… de dupes ?

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, il existe en effet deux marchés de l’or bien distincts. Le premier, classique, recouvre les transactions réalisées sur le métal physique, l’or pur et dur, le brillant qui alourdit les poches et encombres les coffres des banques centrales. Le second marché, en revanche, est plus complexe. D’abord parce qu’on n’y trouve pas le moindre gramme d’or physique. Ensuite parce que cette dénomination recouvre en réalité une multitude de supports très différents qui sont autant de contrats portant sur des échanges virtuels : contrats futures du Comex, ETF (pour Exchanged Traded Funds, ou encore « trackers »), swaps sur l’or, leasing, contrats forwards, ou encore tous les titres portant sur l’or non-alloué émis par les banques adhérant à la London Bullion Market Association (LBMA).

Tous ces titres sont appelés des produits financiers dérivés, du fait qu’ils dérivent théoriquement de l’or effectivement détenu par les banques. C’est le terme « théoriquement » qui est important ici car, dans les fait, les mêmes quantités d’or peuvent donner lieu à un grand nombre de contrats distincts, si bien que le marché de l’or-papier a très vite excédé celui de l’or physique, et ce dès les premières années de la mise en place des marchés à terme sur l’or, il y a près de 40 ans. Ainsi, on est passé de 84 millions d’onces d’or papier échangés en 1978 (ce qui équivalait plus ou moins à la production annuelle mondiale d’or physique à l’époque) à près de … 8 milliards d’onces en 2016. Sauf que la production, quant à elle, n’a pas progressé aussi rapidement et elle se situe actuellement aux alentours de 103 millions d’onces, soit presque 80 fois moins.

En clair, cela signifie que, dans le meilleur des cas, sur 100 personnes qui pensent détenir de l’or à travers des contrats dérivés, seuls 20 pourront effectivement récupérer du métal précieux en cas de crise. Tous les autres auront acheté du vent.
L’or véritable ne représente plus que 0,4% de ce qu’on achète comme étant de l’or !

Pire encore, tout l’or produit ne se retrouve pas forcément sur les marchés, et, l’an dernier, les échanges d’or physique ont représenté « seulement » 42 milliards de dollars. Un chiffre à mettre en perspective avec les quelque 9 800 milliards de dollars en or-papier ! Ainsi, en 2016, pour chaque once d’or véritable échangé, on a vendu 233 onces d’or imaginaire, invisible, inexistant.

L’ennui, outre le fait que la quasi-totalité des investisseurs en produits dérivés a acheté du vent et risque bien de finir ruiné, c’est que tout ce papier a littéralement noyé l’or physique en diluant de manière incommensurable sa vraie valeur. Pensez simplement que l’or véritable ne représente plus que 0,4% de ce que les gens achètent comme étant de l’or !

Mais ce n’est pas accidentel, c’est un résultat qui était souhaité par la plupart des banques, et certaines comme la Deutsche Bank se sont récemment fait taper sur les doigts à ce sujet… sans que cela change grand chose à cette situation inique. Trop d’importance accordée à l’or aurait pu contrecarrer leurs plans d’imposer leur monnaie-dette comme réservoir de richesse crédible. En dévaluant fortement les métaux précieux, on les faisait tomber au rang de « reliques barbares« , totalement inadaptés au monde moderne et incapable de garantir l’incroyable accroissement de richesses à l’échelle du monde. Ainsi en multipliant artificiellement la quantité d’or réelle par 200, on divisait au moins d’autant la valeur théorique de l’once.

C’est d’ailleurs ce qui fait dire à certains qu’aujourd’hui, sans les ETF et consorts, le cours de l’or ne serait pas à 1 250 USD mais plutôt aux alentours de … 250 000 dollars !

Anthony Alberti

L’arène nue : Allemagne : Schulz fait sienne la recette austéritaire allemande pour l’UE

L’arène nue

Allemagne : Schulz fait sienne la recette austéritaire allemande pour l’UE

Posted: 12 Apr 2017 02:28 AM PDT

Le texte ci-dessous est la traduction d’un article paru le 10 avril dans le Financial times . Cet article relaie les récents propos de Martin Schultz, candidat social-démocrate à la chancellerie dans le cadre des législatives allemandes de septembre 2017 et rival d’Angela Merkel.

Schulz avait jusque-là le vent en poupe dans les sondages, après qu’il a remplacé Sigmar Gabriel – actuel ministre de Merkel – à la tête du SPD. Il semble que l’effet « nouvel tête » fonctionnait bien, de même que la « gauchisation » du discours social-démocrate.

Cette gauchisation (dont l’efficacité électorale est devenue douteuse après le résultat des élections régionales en Sarre) a laissé penser un temps aux partisans de la « réorientation de l’Europe de l’intérieur » qu’en cas d’élection de Martin Schulz leur projet « d’autre Europe » avait des chances d’aboutir. Notamment si un candidat gentil-européiste gagnait préalablement la présidentielle française de mai. L’alignement des planètes fédéralistes serait alors réalisé, et l’on pourrait faire une « union de transferts » sur la base d’un budget fédéral, d’eurobonds, d’un Parlement de la zone euro. Peut-être même pourrait-on re-re-re-sauver la Grèce, mais cette fois pour de bon, en restructurant une partie de sa dette (il faut n’avoir jamais entendu Martin Schulz, alors président de Parlement européen, s’exprimer sur le cas grec durant la crise de 2015 pour croire à pareille fable, mais bon….).

La sortie sur l’Europe de Schulz pose un pavé dans jardin de ceux qui pensent – c’est devenu un poncif en vogue – que « l’Allemagne est plurielle » (oui, sans doute l’est-elle, mais pas sur l’Europe, parce qu’elle a des intérêts nationaux qui sont pérennes comme tous les pays du monde, et qu’ils ne vont pas changer parce que Schulz remplace Merkel) et que le problème n’est pas « l’Allemagne essentialisée » mais « la droite allemande ».

Voici donc un aperçu de ce que pense le candidat social-démocrate Martin Schulz. Où l’on voit que la réorientation, c’est vraiment, vraiment pas pour demain.

***

Allemagne : Schulz fait sienne la recette austéritaire allemande pour l’UE

Source originelle ici.

Martin Schulz vient d’affirmer qu’il n’assouplirait la position pro-austérité de l’ Allemagne s’il était désigné comme chancelier cette année, une annonce qui ne manquera pas de désappointer ceux qui, en Europe, attendent du dirigeant social-démocrate qu’il ouvre la voie à un changement de la politique allemande en zone euro.

A l’occasion de sa première rencontre avec la presse étrangère depuis qu’il a été élu chef du SPD le mois dernier, M. Schulz a envoyé un message de continuité, suggérant qu’il n’y aurait pas, s’il remplace Angela Merkel, de grand changement quant aux exigences allemandes relatives la réduction des dettes et à la conduite de réformes structurelles. Il a affirmé que l’Allemagne avait un « intérêt majeur » à ce que tous les États membres de l’UE s’acheminent vers une croissance stable «mais que pour y arriver, des réformes sont nécessaires dans certains de ces pays ».

Ce propos contraste fortement avec la rhétorique qui était la sienne quand il était président du Parlement européen, s’opposait à l’austérité et défendait avec vigueur une approche plus indulgente des difficultés de l’Europe du Sud. En 2012, lorsque la crise de la dette grecque faisait rage, il avait par exemple dit qu’il trouvait « la situation bizarre en Europe » alors que 26 pays sur 27 étaient en faveur d’une aide plus généreuse à Athènes et qu’un seul était contre, l’ Allemagne de Mme Merkel.

Interrogé lundi sur la question de savoir si la Grèce pourrait rester dans la zone euro, il a répondu que cela dépendrait « de la mise en œuvre des réformes ». Une reprise très claire de la ligne de Mme Merkel et de celle de son inflexible ministre des Finances Wolfgang Schäuble.

M. Schulz est sous pression pour surmonter la crainte des électeurs allemands qu’il se montre laxiste envers la Grèce et d’autres pays de la zone euro endettés. Beaucoup d’électeurs considèrent Mme Merkel et M. Schäuble comme des champions de la rigueur face au fléau du laxisme Europe du Sud, donc comme des dirigeants plus crédibles. Selon le « baromètre » publié par la chaîne de télévision ZDF vendredi dernier, 34 % des sondés trouvent Mme Merkel plus fiable que son challenger, 31 % la trouvent plus sympathique et 46 % plus compétente. Une autre enquête publiée lundi suggère que la montée dans les sondages qui a suivi la désignation de M. Schulz comme chef du SPD pourrait être enrayée. Le sondage place le bloc conservateur de Mme Merkel à 33 % et les sociaux-démocrates à 31,5 %. Du coup, le dirigeant du SPD a également renoncé à une proposition qu’il avait évoquée au cours de la crise de l’euro et qui fut vivement combattue par Mme Merkel, celle de mutualiser les dettes de la zone euro par l’émission d’eurobonds. « La seule chose qui vaille à propos des Bond c’est James, » a-t-il plaisanté. Il a ajouté que l’idée avait été rendue caduque par la création du Mécanisme européen de stabilité, le fonds de sauvetage de la zone euro.

Mais il reste une question sur laquelle M. Schulz défend une position distincte de celle de Mme Merkel et de démocrates-chrétiens. Une question pourrait le mettre sen délicatesse avec le président américain Donald Trump.

Le gouvernement allemand a en effet promis d’augmenter ses dépenses de Défense pour les faire passer de 1,2 % à 2 % du PIB, conformément à ses engagements vis à vis de l’OTAN. Mme Merkel a réitéré cette promesse lors de sa récente rencontre avec M. Trump, lequel a fait valoir que les partenaires européens des États-Unis – en particulier l’Allemagne – dépensaient trop peu pour leur Défense et comptaient trop sur les États-Unis. Mais M. Schulz a pris ses distances avec ce point de vue, affirmant qu’il n’était « pas d’accord sur le fait qu’il ait été convenu avec l’OTAN que nous devions atteindre cet objectif de 2 % du PIB ». Il a rappelé que cela signifierait « plus de 20 milliards d’euros de dépenses supplémentaires par an au cours des prochaines années », ce qui constituerait un « fardeau financier important sur l’Allemagne ». « Ce n’est certainement pas l’objectif qu’un gouvernement que je dirigerais poursuivra » a-t-il ajouté. « Ce dont nous avons besoin ce sont des initiatives de désarmement et davantage d’investissements dans la prévention, pas d’une nouvelle course aux armements », a-t-il conclu.

Life site news:Vatican names pro-gay Fr. James Martin as communications consultant-et varia

Wed Apr 12, 2017 – 1:42 pm EST
Cardinal Burke: Pope ‘has not granted me an audience’

By Lisa Bourne

Wed Apr 12, 2017 – 1:42 pm EST
Vatican’s doctrinal chief: Church hasn’t changed teaching against contraception, divorce, homosexuality

By Pete Baklinski

Wed Apr 12, 2017 – 1:42 pm EST
Fatima children move one step closer to sainthood

By Lisa Bourne

Wed Apr 12, 2017 – 1:42 pm EST
Vatican names pro-gay Fr. James Martin as communications consultant

By Claire Chretien
Editor’s Picks
Jesuit chief must be ‘corrected’ for casting doubt on Jesus’ words against divorce: Cardinal Burke

By Pete Baklinski

I came out as gay and left my family behind. I can’t believe how selfish I was

By Doug Mainwaring
Cardinal Kasper: Pope sees married priests debate ‘positively,’ seeks proposals from bishops’ conferences

By Claire Chretien

Newspaper pulls article claiming Malta archbishop approved contraception in marriage

By Claire Chretien

Top News
Trump picks pro-life conservative to lead HHS civil rights office

Roger Severino has a sterling record on religious freedom and ‘gender ideology’ issues.

By Peter LaBarbera
‘I am not ashamed of my faith:’ Air Force officer punished for Christian view of marriage speaks out

Col. Michael Madrid is fighting for religious freedom after receiving a Letter of Admonishment from a superior.

By Fr. Mark Hodges
Why are US bishops so concerned about Trump’s refugee orders? Follow the money trail

Follow the money trail, critics say, to understand the motivation behind criticisms of the ban.

By Lisa Bourne
The Pulse
437 babies saved from abortion during 40 Days for Life – that we know of!

During these past 40 days, we have been made aware of 437 babies spared from abortion – that we know of!

By Shawn Carney, 40 Days for Life Campaign Director
Blogs
Canada’s main Catholic charity has a dirty little secret about abortion

Development and Peace continues to spread their ‘big lie’ about overseas abortion funding.

By Pete Baklinski
Opinion
I came out as gay and left my family behind. I can’t believe how selfish I was

‘May I please speak to my Daddy?’

By Doug Mainwaring
Ad

LifeSiteNews.com | 104 Bond St, third floor | Toronto, Ontario M5B1X9 | Canada

Life site news:The award will thank Clinton for ’40 years of service to women and girls in this country.’ By Claire Chretien-et autres infamies

View all today’s articles on one page
Ad
Featured

Wed Apr 12, 2017 – 2:11 pm EST
Mom furious after daughter implanted with dangerous contraception on school trip

By Fr. Mark Hodges

Wed Apr 12, 2017 – 2:11 pm EST
Are babies left to die when they survive abortion? The horrifying true stories.

By Carole Novielli

Wed Apr 12, 2017 – 2:11 pm EST
I came out as gay and left my family behind. I can’t believe how selfish I was

By Doug Mainwaring

Wed Apr 12, 2017 – 2:11 pm EST
Trump picks pro-life conservative to lead HHS civil rights office

By Peter LaBarbera
Editor’s Picks
Tomi Lahren was fired after promoting abortion. Now she’s suing Glenn Beck

By Peter LaBarbera

Texas House votes to defund Planned Parenthood, give $20 million to pro-life centers instead

By Fr. Mark Hodges
Musicians record fundraiser albums for Planned Parenthood

By Steve Weatherbe

437 babies saved from abortion during 40 Days for Life – that we know of!

By Shawn Carney, 40 Days for Life Campaign Director

Top News
Canadian province to give out $300 abortion drug for free

New Brunswick will cover the cost of the deadly pill combo in its health plan.

By Steve Weatherbe
Planned Parenthood honors Hillary Clinton as ‘champion of the century’

The award will thank Clinton for ’40 years of service to women and girls in this country.’

By Claire Chretien
LifeSite is hiring! – Vatican correspondent, journalist, marketing assistant, major gift officer

LifeSiteNews is currently accepting applications for several positions.

By LifeSiteNews.com
10 babies born alive after botched abortions in 2015…in just 3 states

Life-saving efforts dedicated to a baby who is born alive after an attempted abortion are rare.

By Carole Novielli
The Pulse
Québec considering insane expansion of assisted suicide

Now that one person can kill another person in Canada, the only question that remains is for what reason will it be permitted to kill. Incremental extensions are inevitable.

By Alex Schadenberg
Blogs
Canada’s main Catholic charity has a dirty little secret about abortion

Development and Peace continues to spread their ‘big lie’ about overseas abortion funding.

By Pete Baklinski
Opinion
Doctors shouldn’t be forced to comply with patients’ suicide. Ontario gov’t may change that

An ‘effective referral’ to a doctor who will kill is similar to killing the patient yourself.

By Alex Schadenberg
Ad

LifeSiteNews.com | 104 Bond St, third floor | Toronto, Ontario M5B1X9 | Canada

This email is from LifeSiteNews.com and was delivered to you because you opted-in our mailing list. If you feel you received this email in error, or