Nouvel article sur conseil dans l’espérance du roi : I.  » L’im-Monde  » et les chiens enragés

Nouvel article sur conseil dans l’espérance du roi

I.  » L’im-Monde  » et les chiens enragés

Le Monde, journal officiel de la pensée conforme et obligatoire, publie aujourd’hui un article dont le caractère mensonger et désinformateur donne une parfaite idée de la panique qui s’est emparée de l’oligarchie (Lire « Billet d’humeur du sieur Du Plessis » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/05/02/billet-dhumeur-du-sieur-du-plessis-linquietude-enfle-chez-les-tenants-de-loligarchie/). Il l’a intitulé sobrement « Après le soutien de Dupont-Aignan à Le Pen, défections en série au sein de Debout la France.  » (http://abonnes.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/05/01/apres-le-soutien-de-dupont-aignan-a-le-pen-defections-en-serie-au-sein-de-debout-la-france_5120521_4854003.html#xtor=AL-32280270).

Nicolas Dupont-Aignan

On nous dit ainsi que, depuis le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen – qui a annoncé le lendemain qu’elle en ferait son premier ministre si elle était élue –, les démissions se multiplient au sein de Debout la France (DLF).

La première défection est celle de Dominique Jamet, l’un des vices-présidents de DLF : « Nicolas Dupont-Aignan apporte son soutien à Marine Le Pen. Je quitte le parti de Dupont-Aignan », a-t-il ainsi laconiquement annoncé sur Twitter, dès vendredi 28 avril, peu après l’annonce du candidat souverainiste au 20 heures de TF1.

Mais L’Im-Monde ajoute aussitôt un inter-titre dévastateur :
Un état-major décimé

En vérité, il faut prendre cette affirmation…au sens premier (à défaut d’étymologique ) car, effectivement, ce sont au total neuf cadres du parti et pas un de plus qui ont annoncé leur désaccord avec Dupont-Aignan. Et non pas avec le sens vulgaire de  » la plupart « .

D’autres lieutenants du député de l’Essonne ont en effet réagi à la décision du président de DLF. Quelques minutes après l’annonce de M. Dupont-Aignan, la Normande Anne Boissel, également vice-présidente de DLF, a affirmé dans un tweet qu’elle quittait ses fonctions à la tête du parti. Le lendemain, celle qui était également porte-parole du candidat à la présidentielle a annoncé qu’elle quittait la formation et renonçait à se présenter aux législatives dans la 5e circonscription du Calvados.

Mais ça ne suffisait pas au Monde qui persiste dans sa mauvaise foi (« calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ») :  » Et les désertions n’en finissent pas. » Jugez-en :

1/ Eric Anceau, responsable du projet, a lui aussi annoncé vendredi sur Twitter son départ du parti. « Mon rôle politique a pris fin à la minute même où Nicolas Dupont-Aignan a annoncé que, fort de l’appui de la grande majorité du conseil national de Debout la France, il s’alliait à Marine Le Pen et au Front national en vue du second tour », s’est justifié ce lieutenant du député de l’Essonne.

2/ Olivier Clodong, conseiller départemental de l’Essonne et premier adjoint de M. Dupont-Aignan à Yerres (Essonne), ville dont ce dernier est le maire, quitte le parti. « Présidentielle 2e tour : à titre personnel, je ne me reconnais ni dans Mme Le Pen ni dans M. Macron. Je ne voterai pour aucun d’eux », a ainsi réagi vendredi ce proche du responsable souverainiste. Et d’ajouter, le lendemain, qu’il se désolidarisait de la campagne menée par M. Dupont-Aignan en faveur de la candidate frontiste.

Et nous voici de nouveau avec un inter-titre aussi ravageur que le précédent :
Mutinerie dans les départements

 » Nombreux sont les responsables départementaux de DLF qui dénoncent l’« accord de gouvernement » signé samedi entre M. Dupont-Aignan et Mme Le Pen, qui ont démissionné du parti et annoncé le retrait de leur candidature aux législatives « , annonce Le Monde. Voyons cela de plus près…Qui sont ces nombreux responsables départementaux ?

3/ Nicolas Le Caroff, candidat dans la circonscription de Guingamp,

4/ Ludovic Lussiez, dans le Nord,

5/ Olivier Arsac, en Haute-Garonne,

6/ Fabien Lombard, dans l’Aveyron,

7/ Stéphane Loth, en Charente-Maritime.

Au total, nous en sommes à…9 cadres du parti de Nicolas Dupont-Aignan (dont beaucoup n’avaient aucune chance d’être élus) qui se sont désolidarisés de son alliance avec Marine Le Pen. C’est bien maigre, sur 15 000 adhérents revendiqués !

Alors, comme cela devait au fond paraître peu convaincant au journaliste anonyme, auteur de l’article (signé service politique), il nous annonce rien de moins qu’un  » signe supplémentaire que la bérézina menace au sein du parti (de Nicolas Dupont-Aignan) ». Et, là, tenez-vous bien car  » plus désinformateur, tu meurs… » : les maires des huit communes – un socialiste et sept Les Républicains – composant, avec Yerres, la communauté d’agglomération Val d’Yerres- Val de Seine, ont décidé de demander la démission de M. Dupont-Aignan de ses fonctions de président de l’agglomération, arguant notamment d’une différence de « valeurs » entre « celles que nous défendons » et celles du FN ! Quel rapport avec une  » bérézina au sein du parti (DLF)  » ? L’opinion de ces huit représentants du PS et de LR pouvait-elle être différente ? Nous en serions morts de rire si cela n’était pas aussi méprisable.

La réponse de Nicolas Dupont-Aignan ne s’est d’ailleurs pas faite attendre : « Cette lettre est une basse manœuvre politique », a commenté l’intéressé auprès du Parisien, assurant n’avoir « aucune intention de démissionner face à ces vieilles rancunes politiciennes ». Et à ces vieux chevaux de retour que l’Histoire aura tôt fait d’oublier.
Il faut que le danger leur semble bien grand pour aller jusqu’à de tels mensonges et de telles manoeuvres.

II. Heurs et malheurs des règlements de compte à Marseille

Ne vous méprenez pas. Pour nous, tout règlement de compte au sein des racailles marseillaises est une bonne nouvelle même si nous ne sommes pas dupe de l’utilité réelle qu’il peut y avoir à couper l’une des nombreuses têtes de l’hydre de Lerne.

L’une de ces innombrables  » Chances pour la France  » que nous impose l’oligarchie au pouvoir est jugée depuis hier par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône. Cette crapule de 24 ans, Mohamed Belhacene, est un exemple qui illustre à quel point, pour certains délinquants des cités marseillaises, le meurtre est devenu le mode de règlement ordinaire de tous les conflits, si mineurs soient-ils.

Un de moins !

Avec Mohamed Belhacene, « Momo », on est loin des caïds d’une des quatre ou cinq bandes rivales marseillaises qui, depuis 2008, se livrent des guerres de territoires pour la suprématie du marché des drogues. En 2016, 40 % des règlements de comptes perpétrés en France l’ont été à Marseille, faisant trente morts et une vingtaine de blessés. « Une spécificité marseillaise », estime la police judiciaire.

Mais bien sûr, Mohamed Belhacene se défend d’avoir tué son ami retrouvé mort au matin du 1er mai 2014, au volant de la Twingo de sa mère, exécuté de deux balles en pleine tête, sur un parking de Septèmes-les-Vallons, commune limitrophe de Marseille. Mais Walid H., un dealer marseillais, a raconté à la police comment Mohamed Belhacene lui aurait avoué, en août 2014, être l’auteur de ces faits.

A cette époque « Momo » se cachait, ayant été blessé par plusieurs tirs, trois semaines seulement après la mort de cet ami. Terré chez Walid H., ce dernier les décrit en train de regarder une scène de la série Mafiosa dans laquelle un personnage exécute son meilleur ami. Selon Walid H., le jeune homme se serait confessé, lui racontant comment, après avoir enfilé un gant, il aurait froidement tiré une balle dans la tête de son copain. « Comme il n’était pas mort sur le coup et qu’il agonisait, il lui a mis une deuxième balle dans la tête », précise Walid H.

Magistrats et enquêteurs évoquent un mobile à ce meurtre « fratricide » : une ancienne histoire de « carottage » – vol d’argent ou de drogue au sein d’une équipe de trafiquants. Selon le récit de Walid H. – dont les jurés auront à mesurer la crédibilité –, Mohamed Belhacene aurait assouvi une vengeance. En 2009, alors qu’il était censé surveiller la drogue du réseau de la Gavotte-Peyret, une cité de Septèmes-les-Vallons, dix kilos de résine de cannabis auraient disparu de la cave où elle était entreposée. Le copain et son oncle auraient faussement dénoncé « Momo » auprès des patrons du réseau, provoquant son enlèvement et sa séquestration. Un des patrons du trafic a confirmé cette vieille « embrouille » : « On a tous pensé que Mohamed était l’auteur du vol. On l’a attrapé et on l’a mis à l’amende. » Quel beau pays que le nôtre…

Alors, une vengeance ? Dans les réseaux de drogue, la mort pourrait se donner pour encore moins que cela. Selon l’accusation, le premier meurtre dont est soupçonné Mohamed Belhacene, commis le 13 janvier 2014 devant un snack du quartier de la Cabucelle, l’aurait été pour un mobile d’une grande futilité. Kader Yilmaz pourrait bien avoir été tué à 20 ans pour 75 euros de cannabis barboté dans une boîte aux lettres, la drogue appartenant à Walid H. Selon le dossier d’instruction, Mohamed Belhacene se serait chargé d’aller « lui faire peur ».

La possession d’un arsenal par le plus petit réseau de stupéfiants se traduit par un usage courant des kalachnikovs et autres armes de poing pour régler toutes sortes de conflits. « Dans ce monde des stupéfiants, observe un avocat pénaliste, au minimum, on tire dans les jambes au moindre dérapage. L’assassinat est devenu une sanction exemplaire, destinée à marquer les esprits. Dans les équipes de voleurs, il existe encore des modes alternatifs pour régler les différends. » Quel beau pays que le nôtre…

L’examen des mobiles probables de récents règlements de comptes semble attester d’une « forme de banalisation » pointée par les magistrats chargés de la lutte contre le narco-banditisme. Au début de l’année, un jeune revendeur de 21 ans serait mort au seul motif qu’il a refusé de céder sa sacoche de « charbonneur », contenant la drogue et la recette, à un homme venu la lui arracher.

Ce mode très violent de règlement des confits s’élargit à des différends personnels : un mauvais regard, une bagarre dans lequel un protagoniste a eu le dessous, voire des jalousies amoureuses. Le 3 mars, un jeune homme de 21 ans est abattu dans une rue du 3e arrondissement de Marseille, dans le plus pur style du règlement de comptes, avec un acharnement qui a étonné les enquêteurs. Alors qu’il tente de fuir sous les tirs, la victime est rattrapée par son agresseur qui l’achève d’une balle dans la tête. Des policiers interpellent quelques instants plus tard l’homme qui vient d’incendier le véhicule ayant servi lors de l’assassinat, un délinquant dans les radars de la police judiciaire. Les deux hommes étaient amis, ils ont eu successivement la même petite amie. L’auteur présumé du meurtre se serait vengé : la victime lui avait administré une raclée après avoir appris qu’il avait frappé la jeune femme. Commentaire d’un enquêteur : « On a peut-être là notre premier règlement de comptes passionnel ! »
Quel beau pays que le nôtre depuis qu’il se montre si accueillant pour la pègre venue d’ailleurs…Et que l’on nous annonce comme autant de « Chances pour la France ».
III. UE : une vraie-fausse bonne nouvelle

La Grèce est parvenue à un accord préliminaire avec ses créanciers (l’UE, la BCE et le FMI) qui devrait ouvrir la voie à des discussions sur la réduction de sa dette, a annoncé mardi 2 mai le ministre grec des finances, Euclide Tsakalotos.

L’accord, qui définit un certain nombre de réformes du marché du travail, de l’énergie, ainsi qu’une baisse des retraites et des hausses d’impôts, représenterait aux yeux des Gauleiters régnant sur le pays une avancée majeure dans les discussions entre le gouvernement de gauche d’Alexis Tsipras et l’Union européenne.

Ces négociations sur la revue du dernier plan d’aide, commencées en octobre, auraient dû se conclure en décembre, mais elles avaient pris du retard, principalement en raison de dissensions entre l’Union européenne et le FMI sur les objectifs d’assainissement budgétaire (Lire « Nous l’avions évidemment annoncé » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/02/23/bulletin-climatique-quotidien-23-fevrier-2017-de-la-republique-francaise/).

« Il y a eu de la fumée blanche, a dit Euclide Tsakalotos à des journalistes. Les négociations sur un accord technique ont été conclues sur toutes les questions (…). La voie est désormais ouverte pour des discussions sur l’allégement de la dette. »

Mais souvenez-vous de ce que nous écrivions dans notre Bulletin climatique du 20 février 2017 :

» Alors, le scénario le plus probable ? N’ayant aucun intérêt à une crise ouverte avec Athènes en pleines élections, les dirigeants européens vont encore trouver un arrangement bancal avec le gouvernement grec…jusqu’à la prochaine échéance. Et tant pis pour l’économie, plombée par ces tensions à répétition. Il faudra attendre une nouvelle vraie crise grave de la zone euro pour que les politiques se posent à nouveau la question grecque. De manière binaire : on efface une partie des dettes, ou on sort vraiment le pays de la zone euro ? »

Une réunion des ministres des finances de la zone euro doit valider l’accord le 22 mai. Mais que ce bon Euclide Tsakalotos ne se fasse aucune illusion,

Il n’y aura pas de réduction de la dette grecque ! Car…les Allemands n’en veulent pas.

Et les Grecs continueront de se serrer la ceinture et de s’appauvrir sans que personne ne s’en soucie.*
* Mais, après tout, ils n’ont qu’à changer de gouvernement.

Le 3 mai 2017.

Jean-Yves Pons, CJA.
conseilesperanceduroi | mai 3, 2017 à 9:04 | Catégories : Uncategorized | URL : http://wp.me/p2prhf-icX

Publicités

Auteur : erlande

68 ans;45 ans d'expérience dans la communication à haut niveau;licencié en lettres classiques;catholique;gaulliste de gauche à la Malraux;libéral-étatiste à la Jacques Rueff;maître:Saint Thomas d'Aquin:pro-vie sans concession.Centres 'intérêt avec connaissances:théologie,metaphysie,philosophies particulières,morale,affectivité,esthétique,politique,économie,démographie,histoire,sciences physique:physique,astrophysique;sciences de la vie:biologie;sciences humaines:psychologie cognitive,sociologie;statistiques;beaux-arts:littérature,poésie,théâtre,essais,pamphlets;musique classique.Expériences proffessionnelles:toujours chef et responsable:chômage,jeunesse,toxicomanies,énergies,enseignant,conseil en communication:para-pubis,industrie,services;livres;expérience parallèle:campagne électorale gaulliste.Documentation:5 000 livres,plusieurs centaines d'articles.Personnalité:indifférent à l'argent et aux biens matériels;généraliste et pas spécialiste:de minimis non curat praetor;pas de loisirs,plus de vacances;mémoire d'éléphant,pessimiste actif,pas homme de ressentiment;peur de rien sauf du jugement de Dieu.Santé physique:aveugle d'un oeil,l'autre très faible;gammapathie monoclonale stable;compressions de divers nerfs mal placés et plus opérable;névralgies violentes insoignables;trous dans les poumons non cancéreux pour le moment,insomniaque.Situation matérielle:fauché comme les blés.Combatif mais sans haine.Ma devise:servir.Bref,un apax qui exaspère tout le monde mais la réciproque est vraie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s