Le Salon Beige: 21 nouveaux articles: Le juge pro-vie Neil Gorsuch a été confirmé par le Sénat à la Cour Suprême des Etats-Unis-et varia

Le Salon Beige: 21 nouveaux articles

Le juge pro-vie Neil Gorsuch a été confirmé par le Sénat à la Cour Suprême des Etats-Unis
Du 8 avril au 8 mai : Trentain à Saint Michel
Stockholm : un camion fonce dans la foule
Pèlerinage de Pentecôte 2017 : « Sainte Marie Mère de Dieu »
Frappe en Syrie, une opération de communication qui bénéficie aux Etats-Unis et à la Russie sans nuire à la Syrie
Donald Trump prisonnier des néoconservateurs ?
Libora : groupe de soutien à toutes les personnes désireuses de se défaire de la pornographie
Les bénédictines du Pesquié lancent un appel pour financer le terrassement du parvis de leur abbatiale
22 avril : Colloque international à Rome « Faire la clarté – Un an après Amoris lætitia »
Père Boulad : Ma position est d’encourager tous ceux qui ont le courage de résister à l’islamisation de l’Europe
L’Immaculée Conception
L’affaire allemande sur l’école à la maison devant la CEDH
Cette fois des bus pro-vie : au Canada
Des versets de l’Evangile sur les bus de Londres
Incroyable vidéo : un bébé étire ses jambes dans le ventre de sa mère
Pas d’amalgame
Poutine dénonce l’agression américaine et demande une réunion de l’ONU
8 avril : rosaire pour la France à Toulouse
Emmanuel Macron ou quand les mots n’ont plus de sens
Attaque américaine en Syrie : dans quel but ?

C’est arrivé un 8 avril…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

le 8 avril 1364 : décès de Jean II le Bon, Roi de France.

Battu et fait prisonnier à la bataille de Poitiers, le 19 septembre 1356, Jean le Bon peut regagner la France en 1360, après la signature du Traité de Brétigny qui lui rend la liberté, mais cède une immense partie du pays et doit une énorme rançon à Édouard III. Un de ses fils retenus en otage pour garantir le paiement de sa rançon, s’enfuit en 1363. Jean le Bon, obéissant aux lois de l’honneur, retourne se constituer prisonnier à Londres, où il meurt en 1364 à l’âge de 45 ans en pleine négociation des accords de Brétigny. En effet, les lois fondamentales du Royaume interdisent au Roi de se séparer d’une partie du territoire. Sa signature du Traité n’a pas été entérinée par le parlement de Paris. Le fils de Jean II le Bon, Charles V le Sage est proclamé Roi de France ; il récupère tous les territoires perdus par ses prédécesseurs, et relève le Royaume.

Son fils, le futur Charles V, doit affronter, pendant la captivité de son père, la révolte d’Etienne Marcel et la Jacquerie, mais aussi des aux États-Généraux qui essaient d’imposer la Monarchie parlementaire, contre l’énorme rançon à payer aux Anglais.

Voir les chroniques du 26 avril sur sa naissance du 5 décembre sur la naissance du franc, du 19 septembre sur la bataille de Poitier, du 8 mai sur le Traité de Brétigny, et du 26 septembre sur son sacre.

le 8 avril 1378 : Urbain VI est élu pape.

Né en 1318 à Naples Bartolemeo Prignano devient le 202e pape de l’Église catholique romaine sous le nom d’Urbain VI. Il est aussi le premier pape italien, élu à Rome, depuis le retour du Saint-Siège dans la ville éternelle le 17 janvier 1377 (voir la chronique de ce jour sur Grégoire). Élu pape le 8 avril 1378, et malgré les avertissements de sainte Catherine de Sienne qui lui demande de la retenue, il se rend tellement odieux auprès des cardinaux français que ceux-ci, six mois plus tard, élisent un autre pape, Clément VII qui s’installe à Avignon. Ce sera le début du Grand Schisme d’Occident. Urbain VI meurt à Rome le 15 octobre 1389. Voir les chroniques du 17 janvier, du 8 avril du 20 septembre, du 15 octobre.

le 8 avril 1455 : élection du pape Calixte III.

Alfonso Borgia est élu pape sous le nom de Calixte III. Son action principale est de lutter contre l’Empire ottoman qui détient la ville de Constantinople depuis 1453. Tout au long de son pontificat, qui se termine en 1458, il appelle à la croisade sans être vraiment entendu. Il donne à une commission ecclésiastique les pouvoirs de réviser le procès de Jeanne d’Arc. Le jugement solennel, qui intervient le 7 juillet 1456, déclare qu’elle est morte martyre pour la défense de sa religion, de sa patrie et de son Roi. Cependant le pape ne la canonise pas ; mais autorise les expiations religieuses qui ont lieu à Rouen.

Le pape Calixte III, par Joan de Joanes y taller (1510-1579)

Musée de la cathédrale de Valence.

le 8 avril 1632 : Louis XIII achète la Seigneurie de Versailles à Jean-François de Gondi, archevêque de Paris.

Le château de Versailles en 1722, Pierre-Denis Martin, dit Martin le Jeune (Musée national du château de Versailles et des Trianon)

Louis XIII achète la totalité de la seigneurie de Versailles à son dernier seigneur, Jean-François de Gondi, archevêque de Paris pour la somme de 66 000 livres. Il souhaite en faire un domaine de chasse. C’est le tournant décisif dans l’installation de la royauté à Versailles.

le 8 avril 1691 : prise de Mons.

Dans le cadre de la guerre de la ligue d’Augsbourg, qui oppose, de 1688 à 1697, la France à une coalition des puissances européennes (Provinces-Unies, Angleterre, Savoie, Saint Empire romain germanique, Espagne et Suède), la capitale de Hainaut, est conquise par Louis XIV, le 8 avril 1691. En mars 1691, les armées de Louis XIV déploient de très importants moyens pour s’emparer de la ville, une des places-fortes les plus importantes des Pays-Bas du Sud. Vauban dirige les travaux de siège. La ville tombe et Louis XIV nomme gouverneur Nicolas de La Brousse, comte de Verteillac. Vauban est alors chargé d’améliorer le système défensif de la ville.

le 8 avril 1802 : promulgation du Concordat signé par Napoléon Bonaparte, premier Consul, et le pape Pie VII.

Voir la chronique du 15 juillet.

le 8 avril 1904 : la France et le Royaume-Uni signent l’Entente Cordiale.

Face à la situation de plus en plus tendue en Europe et à la Triple-Alliance, le Royaume-Uni et la France parviennent à s’entendre pour régler leurs différends coloniaux : la pêche à Terre-Neuve, l’Egypte, le Maroc pour l’autre, les deux puissances inaugurent un rapprochement qui avec la Russie finira par devenir la Triple-Entente.

le 8 avril 1962 : les Français approuvent les accords d’Évian.

Les accords de cessez-le-feu signés le 18 mars entre la France et le FLN sont ratifiés par le peuple français.

le 8 avril 1994 : la chapelle Sixtine restaurée est inaugurée.

Le pape Jean-Paul II inaugure la chapelle Sixtine restaurée au terme de 14 ans de travaux qui ont permis de redécouvrir les couleurs chaudes et éclatantes du Jugement dernier de Michel-Ange. C’est l’un des plus fameux trésors de l’art de la Renaissance italienne; c’est aussi le lieu où les cardinaux se réunissent en conclave pour élire un nouveau pape.

Le jugement dernier

le 8 avril 2005 : funérailles du pape Jean-Paul II.

Plus d’un million de personnes et de dirigeants venus du monde entier assistent place Saint-Pierre et dans tout Rome à des funérailles grandioses célébrées pour le pape Jean Paul II, avant son inhumation dans la crypte de la basilique. Des fidèles brandissent des banderoles portant l’inscription « Santo subito », réclamant sa canonisation immédiate.

Le juge pro-vie Neil Gorsuch a été confirmé par le Sénat à la Cour Suprême des Etats-Unis

Posted:

Unknown-33
Vendredi, le juge pro-famille Neil Gorsuch a été confirmé par le Sénat après une longue bataille parlementaire. Il remplace Antonin Scalia, décédé en février 2016 à 79 ans.

Neil Gorsuch, 49 ans, a été confirmé par 54 voix contre 45. 3 démocrates (qui veulent se faire réélire l’an prochain dans des Etats majoritairement républicains) ont voté pour lui. Face à l’obstruction des démocrates, qui n’ont pas digéré que les républicains, majoritaires, aient refusé de confirmer le candidat d’Obama l’an dernier, le Sénat a changé la règle de confirmation, passant d’une majorité qualifiée aux 3/5 (60 sénateurs) à une majorité simple (51).

Selon Yves Daoudal

Images-11
« Cet épisode répond de façon éloquente aux milieux pro-vie qui se désolaient ou s’irritaient de l’audition de Neil Gorsuch devant le Sénat : celui qu’on avait présenté comme un juge pro-vie n’avait pas fait la moindre allusion qui permette de la classer ainsi, et s’était au contraire strictement attaché au respect de la légalité actuelle. On comprend pourquoi. Bien qu’il ait pris soin d’être parfaitement politiquement correct, il a fallu changer les règles pour que sa nomination soit confirmée. Tout « dérapage » aurait été fatal. Or ce qui compte est qu’il soit maintenant et définitivement juge à la Cour suprême, et si l’on se pose encore des questions, il suffit de voir comment les démocrates ont voulu à toute force l’en empêcher.

Cet épisode n’est pas sans lien avec la frappe américaine en Syrie. Le même jour, Donald Trump a nommé secrétaire à la Défense un vétéran pro-vie. Et l’on s’en félicite. Mais il se trouve que les pro-vie sont aussi, généralement, et surtout quand ils sont d’anciens officiers, des pro-guerre. La grande majorité des républicains est pour que l’Amérique continue d’être le gendarme du monde et frappe les méchants partout (surtout les Arabes). En outre Donald Trump est victime en permanence de la propagande médiatique qui en fait un agent de Poutine. Et l’immense majorité des Américains est anti-Poutine. La frappe en Syrie ressemble à l’audition de Gorsuch devant le Sénat. »

Dans les faits, quatre juges sont clairement conservateurs et quatre progressistes. Et c’est Anthony Kennedy, un conservateur mou, qui joue les arbitres. C’est notamment lui qui avait fait pencher la balance en faveur de la légalisation du mariage gay, en 2015. Désormais, les démocrates sont suspendus à la santé de la très progressiste Ruth Bader Ginsburg (84 ans) et espèrent qu’elle ne décédera pas pendant la présidence de Donald Trump, sous peine de voir la Cour nettement pencher côté conservateur….

Du 8 avril au 8 mai : Trentain à Saint Michel

Posted:

Capture d’écran 2017-04-07 à 15.53.24 Capture d’écran 2017-04-07 à 15.54.21

Stockholm : un camion fonce dans la foule

Posted:

57719420170407stockholm1
Vers 13 heures, un véhicule, décrit par les médias suédois comme une camionnette, a renversé des passants en plein centre de Stockholm. La police suédoise indique plusieurs blessés dans un communiqué. Le crime s’est produit à proximité d’un grand magasin, au croisement d’une grande artère et de la rue piétonne la plus fréquentée de la capitale.

On parle de 3 morts.

Pèlerinage de Pentecôte 2017 : « Sainte Marie Mère de Dieu »

Posted:

Ouverture des inscriptions le dimanche 9 avril.

Frappe en Syrie, une opération de communication qui bénéficie aux Etats-Unis et à la Russie sans nuire à la Syrie

Posted:

De Thomas Flichy de La Neuville :

Images-10
1 – La frappe de cette nuit montre le retour en force des néo-conservateurs au sein de l’appareil d’Etat américain. Ceux-ci étaient en compétition avec les isolationnistes pro-russes mais ont réussi à éliminer successivement le général Flynn puis Steve Bannon. Donald Trump leur a donné un gage symbolique cette nuit. Ceci va satisfaire les lobbys de l’armement qui craignaient par dessus tout, la fin des guerres américaines. Ceci va également satisfaire Israël dont les Etats-Unis se sont rapprochés. La frappe permet enfin de rassurer l’électorat américain qui était gêné par le rapprochement américano-russe. Elle lui donne l’illusion que l’Amérique demeure encore forte et indépendante.

2 – Trump, même s’il a été élu, n’est qu’un président symbolique dans la mesure où il ne s’est pas encore véritablement emparé des leviers du pouvoir. Il a contre lui l’appareil médiatique, judiciaire et financier. Il n’a la main que sur 2 à 3 % des fonctionnaires. Ses fidèles sont trop peu nombreux pour combler les postes de hauts fonctionnaires. Sa diplomatie n’a pas été renouvelée. Elle est paralysée. C’est la raison pour laquelle la Chine craignait ces jours-ci que Trump ne déclenche un conflit de basse intensité en Asie. D’importantes manœuvres associant la Corée du Sud et les Etats-Unis ont lieu en effet depuis début mars. Elles mobilisent 300 000 hommes. Or la guerre permet au président de s’emparer des leviers du pouvoir. Les Chinois avaient raison mais ils se sont trompés de théâtre.

3 – La frappe n’a aucun impact militaire. Elle a été opérée loin du front. Elle ne modifiera pas le rapport de force en Syrie. L’on sait que les armées opèrent régulièrement des frappes sur des hangars vides afin de calmer les politiques. Les Russes – dont la défense anti-aérienne pouvait facilement mettre la frappe en échec – ont été prévenus. Les Syriens l’ont été par la même occasion. Autrement, la frappe n’aurait pas été faite de nuit avec aussi peu de victimes. Imagine t’on d’ailleurs la conséquence d’une frappe de 50 missiles contre un dépôt d’armes chimiques ? Le nuage de vapeurs chimiques aurait pu contaminer n’importe qui.

4 – Cette frappe bénéficie paradoxalement à la Russie qui – au delà des protestations d’usage – a intérêt à ce que Trump garde la face et surtout s’empare enfin du pouvoir. Poutine peut laisser Trump répandre l’illusion que l’Amérique a gardé un pied dans la porte en Syrie.

5 – La durée de vie d’un missile Tomawak est limitée et il est plus économique de le tirer plutôt que de le détruire. En en tirant 50, Trump a montré ses muscles sans prendre de grands risques. Toutefois, l’autorisation donnée par Poutine à cette frappe ne sera pas sans contreparties. Sans doute faut il attendre ces dernières là où on l’on s’y attend le moins : en Ukraine.

Donald Trump prisonnier des néoconservateurs ?

Posted:

C’est ce que laisse entendre cet article :

« Après la première séance publique du House Intelligence Committee sur les ingérences de la Russie (tenue le 20 mars en présence des directeurs du FBI et de la NSA), le commentateur ultraconservateur Rush Limbaugh, pessimiste, avait résumé le message du deep state à Trump : « Laisse les républicains de Washington diriger… sinon, c’est l’impeachment ! » Il est vrai que les efficaces arguments du camp Pelosi avaient un goût de réquisitoire en déchéance, tandis que les républicains, divisés, soutenaient Trump comme la corde soutient le pendu.

Il était clair, depuis deux mois, que le sénateur McCain, président-en-réserve-de-la-république-et-candidat-des-médias, avait kidnappé la politique étrangère américaine, se déplaçant en Ukraine, dans les pays baltes, au Proche-Orient, l’équipe de Trump (Rex Tillerson inclus) étant réduite à faire de la figuration.

Or, en cette semaine d’importance (visite du général al-Sisi, puis celle du roi Abdallah de Jordanie, et surtout celle du président chinois Xi Jinping), Trump embrasse avidement la thèse du bombardement-chimique-du-tyran-Assad et indique un changement de sentiment à son égard, cependant que son ambassadrice aux Nations unies admoneste la Russie, puis il exclut du National Security Council son fidèle allié Steve Bannon, pourtant idéologue du trumpisme (son plan : « refonte de la Sécurité, relance du nationalisme économique, déconstruction de l’état administratif »). Et l’on apprend, le 6 avril, du Speaker Paul Ryan, que le président du House Intelligence Committee, Devin Nunes, se récuse à son tour dans l’enquête sur les ingérences de la Russie. (Nunes a récemment levé le lièvre « Obamagate » sur les surveillances orchestrées sur Trump et son équipe. Serait-il un agent russe ?)

Victoire des sénateurs McCain et Graham, qui décernent maintenant une série de « bons points » à Trump sur les grandes chaînes… lui offrant son carnet de route : il faut maintenant geler une partie du territoire aérien syrien, bombarder les bases aériennes, et les Russes devront suivre, sinon tant pis pour eux…

Il est intéressant de noter que les Saoudiens sont passés il y a peu par Washington et qu’ils n’ont pas tari d’éloges sur Donald Trump, se livrant à une comparaison flatteuse pour lui avec Obama, insistant sur le sens des affaires de Trump et sa capacité à relancer la croissance. Le 24 mars, sur Fox News, le ministre des Affaires étrangères, Adel ben Ahmed al-Joubeir, disait de Trump : « C’est un être humain exceptionnel, il a une vision, il comprend le rôle du leadership américain dans le monde. » Puis, parlant de l’Iran et de la Corée du Nord : « Quand on [Obama, ndlr] laisse un vide, il se comble. »

La tactique du « parti unique » est simple : Nunes disparaissant de l’enquête sur la Russie de la Chambre, la commission du Sénat entamant ses travaux sur le même dossier, la seule chance de Trump d’éviter l’impeachment est de faire ce que les néocons lui diront de faire. S’il est bien sage, ils pousseront le bouton « Obamagate » et lui conserveront le pouvoir, et son gendre et prochaine victime, Jared Kushner, pourra rester… à une condition : annuler le plan de « nationalisme économique ». Charles Gasparino, journaliste économique de Fox News, précisait le 5 avril : « En matière de libre-échange, il semble que le président soit ramené au centre par son conseiller économique Gary Cohn, lui-même intime de Kushner. » Washington vaut bien une messe… »

Libora : groupe de soutien à toutes les personnes désireuses de se défaire de la pornographie

Posted:

Cropped-bannic3a8re-homepage-finale-01
80% des jeunes de 14 ans ont été confrontés à des images pornographiques. 70% des jeunes hommes de 15 à 20 ans surfent sur le porno et 35% des jeunes femmes.

Libora est la contraction de Liberi oratione qui, du latin, se traduit par libérés par la prière. Le but est de fédérer un mouvement de soutien, par la prière et le jeûne, pour toutes les personnes touchées par la pornographie et désireuses de s’en défaire ; pour combattre la pornographie, faire l’expérience de la miséricorde et se soutenir pour lutter avec le Christ.

Libora propose de prier et de jeûner pour toutes les intentions qui lui seront confiées sur le thème de la pornographie. Par le biais du site internet Libora.org, toute personne peut confier une intention (anonymat garanti) pour elle ou pour une tierce personne. Cette intention sera alors confiée à une équipe de 9 personnes qui prieront et jeûneront pendant 9 jours : 1 pers/jour qui jeûne et 9 pers/jour qui prient.

Depuis le mois d’octobre 2016 le groupe libora c’est 4 équipes (Lille, Paris, Lyon et Aix en Provence) soit 36 priants et jeûneurs qui se sont mobilisés pour 13 intentions qui ont été confiées.

Les bénédictines du Pesquié lancent un appel pour financer le terrassement du parvis de leur abbatiale

Posted:

L’Abbaye Notre-Dame du Pesquié, composée d’une cinquantaine de moniales bénédictines, est installée au cœur des montagnes des Pyrénées ariégeoises à une dizaine de kilomètres de Foix. Suivant la Règle de saint Benoît nous vivons selon la devise ora et labora, la prière et le travail. Le chant grégorien qui constitue la liturgie monastique aide l’âme à se tourner vers Dieu et à intercéder pour le monde. Notre travail agricole et artisanal nous permet de subvenir en grande partie à nos besoins. »

« Le but est d’aménager l’espace en favorisant l’impression de paix monastique tout en satisfaisant les nécessités de fonctionnement de l’abbaye :

définir la partie réservée aux moniales,
desservir la ferme,
délimiter les accès pour les fidèles, les clients, les livreurs… et créer un parking,
dégager l’église abbatiale des talus environnants et sauvegarder un espace de silence. »

Credofunding

22 avril : Colloque international à Rome « Faire la clarté – Un an après Amoris lætitia »

Posted:

Lieu : Hôtel Columbus, Via della Conciliazione, de 10h à 16h30 :

Capture d’écran 2017-04-06 à 20.21.03

Père Boulad : Ma position est d’encourager tous ceux qui ont le courage de résister à l’islamisation de l’Europe

Posted:

Suite et fin de l’entretien avec le père Boulad (lire les partie 1 et partie 2). Propos recueillis en mars 2017 par Nóra Pozsgai, journaliste à la Radio Catholique Hongroise :

Avez-vous un projet d’action concret dans le combat pour changer l’Europe que vous comptez mener ensemble avec la Hongrie ?

Unknown-32
Je ne crois pas que je sois appelé à un combat politique, ce n’est pas mon rôle en tant que prêtre et religieux. Mais en même temps je suis de très près la politique et les actualités, je me rends compte que ce que fait en ce moment la Hongrie, notamment l’accord avec le groupe de Visegrad « V4 » (Hongrie, Slovaquie, Pologne, République tchèque), représente un chemin pour que l’Europe se reconstitue autrement que par le passé pour sauver les identités, respecter les frontières, les cultures, les langues, et ne pas se laisser avaler par la mondialisation. Il était temps.

Mon projet, c’est d’encourager cette prise de distance vis-à-vis de cette mondialisation qui ne profite qu’aux milliardaires et aux banquiers. Ma position est de parler un langage vrai, d’encourager tous ceux qui ont le courage de s’exprimer et de résister à l’islamisation de l’Europe. L’Europe est une culture, une civilisation enracinée dans le judéo-christianisme, dans des valeurs humaines et humanitaires qu’il faut absolument défendre, sinon, où va le monde ! L’Europe a été à la pointe de la civilisation, non seulement sur le plan technique et scientifique, mais aussi sur le plan humain, humaniste et spirituel. Et en tout cela le christianisme est le moteur, même s’il est en perte de vitesse et en crise. L’évangile et la foi chrétienne ont quelque chose d’essentiel à dire, il faut revivifier le christianisme, d’une autre manière qu’autrefois. En cela je dirais que mon rôle est de soutenir toutes ces valeurs spirituelles et humaines dont l’Europe est porteuse.

Le traitement de la crise migratoire par la Hongrie n’est-il pas en contradiction avec l’évangile qui dit qu’il faut accueillir l’étranger ?

Nous avons le devoir d’accueillir l’étranger et de lui donner le maximum de possibilités pour s’intégrer, pour qu’il construise le pays en même temps que lui-même. Mais je pense qu’il y a un seuil de tolérance à l’accueil. On ne peut pas accueillir tout le monde, toute la misère du monde, quand ceci menace votre équilibre intérieur, celui de votre patrie, de votre famille, de votre milieu, de votre culture, de votre héritage, et de vos valeurs. Mon point de vue est qu’il y a des limites au devoir d’hospitalité. Par exemple, si une embarcation qui peut prendre vingt personnes en prend deux cents, tous les deux cents vont couler. J’ai donc le devoir de limiter. Je peux peut-être en prendre dix ou quinze, mais à partir d’un moment, je dois dire stop. Ce n’est pas de l’inhumanité, c’est simplement du bon sens. Surtout s’ils ne veulent pas s’intégrer à l’Europe. Je trouve que Victor Orban est très courageux par sa position très ferme pour sauver l’héritage de son pays et de l’Europe face à cette immigration folle vers l’Europe, position qu’il tient malgré toutes les critiques et la campagne médiatique contre lui. Je salue son courage et sa sincérité.

Le vrai Islam n’est-il pas modéré ?

L’Islam est par définition politique et radical, il s’est défini comme cela depuis 14 siècles. Tous ceux qui ont voulu moderniser et réformer l’Islam se sont heurtés à un mur, un refus, et à des persécutions. Comme Mahmoud Mohamed Taha, un grand chef soudanais qui a voulu justement réformer l’Islam en mettant en avant les versets mecquois, qui sont tolérants et ouverts, contrairement aux versets médinois qui ont été privilégiés par les penseurs de l’Islam au Xème siècle en vertu du principe de l’« abrogation ». Ce chef musulman s’est fait pendre sur la grande place de Khartoum en juillet 1985 pour avoir voulu réformer l’Islam. Donc pour moi l’islamisme, qu’on appelle l’Islam extrémiste, radicale, ou politique, c’est l’Islam dans sa pureté, l’Islam à découvert. J’ai écrit sur ce sujet deux pages très claires, disponibles en plusieurs langues. L’islamisme, c’est l’Islam. Alors, qu’on ne me parle pas d’un Islam modéré qui n’existe que dans l’esprit des intellectuels occidentaux, dans le « wishful thinking » des musulmans modérés qui ne sont pas du tout dans la ligne de l’Islam prôné par l’université al-Azhar au Caire, qui jusqu’à aujourd’hui forme des dizaines de milliers de prédicateurs à travers le monde dans la ligne la plus stricte, la plus rigoureuse, la plus radicale, et la plus intolérante de l’Islam, et ce malgré les appels répétés du président égyptien Sissi pour leur demander de changer leur discours. En d’autres termes, imaginer que l’Islam modéré va l’emporter, c’est une illusion. Le problème n’est pas dans les interprétations de l’Islam – Islam modéré, Islam soufiste – mais le problème est dans l’Islam lui-même, c’est-à-dire dans les textes fondateurs eux-mêmes. Toute interprétation, surtout de la part des occidentaux, c’est du « wishful thinking » : on souhaite quelque chose, mais la réalité est autre. Par ailleurs, il y a dans l’Islam un principe qui s’appelle la « taqiya » en vertu duquel la tromperie est justifiée dans le but de faire avancer l’Islam : quand on ne peut pas avoir raison de l’adversaire parce que on est en position d’infériorité, il faut entrer dans le mensonge et la duplicité. C’est ce qui se passe actuellement : on croit leurs discours tenus en français, mais ils disent exactement le contraire en arabe une heure plus tard à la mosquée. Il existe des enregistrements qui prouvent cela.

L’Occident et l’Eglise sont donc dans l’illusion par rapport à leur vision de l’Islam capable de se réformer.

Que pensez-vous du dialogue avec l’Islam ?

Il faut que l’Europe s’accroche à son identité, que l’Eglise aussi s’accroche à son identité. Pas de compromis, pas de mensonge, pas d’hypocrisie. Soyons ce que nous sommes. Je demande un dialogue franc, ouvert, confronté à l’histoire et à la réalité des faits. On ne peut pas échapper à la vérité. Quand je vous donne des arguments et que votre seule réponse est de m’égorger, c’est que nous ne sommes plus sur le même terrain. Actuellement, c’est la réponse de l’Islam. La semaine dernière, à Alexandrie un musulman converti au christianisme est venu me trouver en me disant : je me suis converti il y a 15 ans, j’ai récemment épousé une musulmane, son père veut me tuer ou me dénoncer à la police. La police va me jeter en prison, me torturer jusqu’à ce que je dise que je suis redevenu musulman. Alors si la seule réponse est la menace et la violence, mettons les choses sur la table, ne continuons pas ce dialogue dans le mensonge !

L’Eglise actuellement refuse la confrontation sous prétexte de paix, mais c’est une fausse paix ! Le psaume 85 dit « amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ». L’amour sans la vérité ? Non. La vérité sans l’amour ? Non. La justice sans la paix, ou la paix sans la justice ? Non. Il faut un dialogue dans la vérité, pas seulement en se tapant sur l’épaule, en se disant que nous sommes amis, en buvant un bon café ensemble, cela n’aboutit à rien ! Les promoteurs du dialogue ne veulent pas écouter ceux qui ont quatorze siècles d’expérience avec l’Islam. Ma famille a émigré de Damas en 1860 suite au massacre de 20.000 chrétiens. Cela, l’Europe ne veut pas le comprendre, bien qu’ils aient aussi connu cela dans leur histoire, mais ils ne veulent pas lire leur histoire. Sauf les Hongrois qui sont les seuls à avoir un peu compris, car ils ont connu 150 ans d’oppression ottomane il y a relativement peu de temps. Pour les autres, c’est plus lointain, ça fait plus de 1000 ans.

Avez-vous un message d’espérance dans ce contexte de crise profonde ?

Je crois à la force de l’Esprit. Je crois à la force de la Vérité. Je crois que le bien est plus fort que le mal parce que je crois à la rédemption. Parce que je crois que le Christ a triomphé du monde. Il a dit : « j’ai vaincu le monde ». Il l’a vaincu. Actuellement, je perçois quelques signes d’espérance. Pour moi, Donald Trump, qui est un fou, est beaucoup moins dangereux que l’autre candidate qui devait prendre sa place. C’est un signe qu’il y a un basculement qui est en train de se faire. L’effritement de l’Europe est à la fois une mauvaise nouvelle et une excellente nouvelle. Parce que les Européens sont en train de réaliser qu’ils sont trompés, qu’ils ont été trompés. Il était temps de comprendre, de se réveiller ! C’est pour cela que la droite est en train de gagner un peu partout, parce que la droite s’accroche aux valeurs, aux traditions, aux identités, alors que la gauche est en train de dissoudre tout ça dans une idéologie mortifère.

Espérance, bien sûr ! Je suis plein d’espérance. Je suis certain du triomphe. Mais il faut relire l’Apocalypse, il faut voir que ce triomphe n’est pas acquis comme cela, d’un seul coup. C’est à travers des bouleversements terribles et une espèce de défaite apparente, que sera acquise la victoire finale. C’est un suspens continuel, l’histoire n’est pas jouée d’avance. Le mal est à l’œuvre. L’ivraie pousse avec le bon grain, jusqu’à la moisson. Nous sommes appelés à une vigilance continuelle, à un combat acharné contre les puissances du mal et des ténèbres, et contre le péché qui nous habite, qui habite cette société.

Il ne faut pas attendre en se disant : j’ai de l’espérance, je suis optimiste, parce que je suis croyant. Non, la foi nous appelle à un engagement, à un combat. C’est pourquoi cela que moi, j’ai dit à Victor Orban que je suis à sa disposition s’il a besoin de moi, car je me sens interpellé par cette crise de l’Europe. Pour moi l’Europe est essentielle. Actuellement il n’y a que peu de pays qui s’accrochent aux valeurs européennes comme le font les pays du groupe de Visegrad dont fait partie la Hongrie.

A mon avis, tout commence par un « Non » jeté à la face de la fatalité. Il n’y a pas de fatalité. Je ne crois pas à la fatalité. Je crois qu’un seul homme peut changer la face de la terre, et que cet homme, c’est vous, c’est moi. Comment ? par un engagement spirituel d’abord, ensuite par un engagement sociétal et politique. Les deux ensemble, inséparablement. L’aspect spirituel ne nous exempte pas de l’engagement social et politique. Et puis, parler, parler, parler ! On a actuellement un instrument extraordinaire qui s’appelle internet, avec un clic on peut atteindre 30.000, 50.000 personnes. Il y a bien des gens qui le font. Je pense à un homme comme Julian Assange qui a créé WikiLeaks. Un individu avec son Wikileaks et sa technologie de l’informatique est en train de faire trembler Trump, et l’Europe, et tout le monde, parce qu’il a toute une documentation avec laquelle il peut faire tomber des chefs d’état. Un homme ! Cet homme, c’est David contre Goliath, c’est Gandhi contre l’empire britannique, c’est Nelson Mandela contre l’apartheid, c’est mère Theresa. Moi je crois qu’un seul homme peut faire basculer la planète toute entière. Il suffit qu’il soit convaincu et qu’il soit possédé par l’Esprit, l’Esprit de Dieu.

On manque de prophètes aujourd’hui, on manque de prophètes ! Et un prophète, c’est par définition un fou, quelqu’un qui est en marge, un marginal. Un type contre la société, contre tout le monde. C’est la violence selon l’évangile, non pas dans le sens physique ou militaire, mais une violence spirituelle. Actuellement, on nous empêche de parler au nom du politiquement correct, la gauche libérale par le spectre de l’islamophobie vise à « vous la boucler ». Moi je suis un homme qui ne peut pas me taire, et personne ne me fera taire. Si, comme Jean-Baptiste, on me coupe la tête, cela signifiera que ce je disais était vrai !

L’Immaculée Conception

Posted:

Entretien avec l’abbé Paul Giard, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre. Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté :

Par ailleurs, les inscriptions au 35e pèlerinage Notre-Dame de Chrétienté seront ouvertes en ligne dès dimanche 9 avril.

L’affaire allemande sur l’école à la maison devant la CEDH

Posted:

Le 6 avril, ADF International a finalisé ses observations écrites pour la Cour européenne des droits de l’Homme dans le cas de la famille allemande ayant choisi de faire l’école à la maison : les Wunderlich. L’arrêt qui sera rendu aura de larges répercussions sur les droits parentaux pour les 800 millions d’européens qui sont soumis aux décisions de la Cour. Robert Clarke, Directeur du plaidoyer européen pour ADF International et conseiller juridique sur l’affaire Wunderlich, a déclaré :

« Les enfants doivent recevoir le soin attentionné et la protection de leurs parents. Il est grave pour un État d’interférer avec le lien parent-enfant. Il ne devrait le faire que s’il existe un risque réel de préjudice sérieux. Petra et Dirk Wunderlich ont simplement exercé leur droit parental à élever leurs enfants en fonction de leurs convictions philosophiques et religieuses, ce qu’ils pensaient pouvoir mieux faire dans l’environnement familial. Le droit des parents de diriger l’éducation de leurs enfants est un droit fondamental protégé dans l’ensemble des principaux traités relatifs aux droits de l’Homme. L’Allemagne a signé ces traités mais continue d’ignorer ses obligations ce qui produit des conséquences dévastatrices ».

En août 2013, un groupe de plus de 20 policiers et travailleurs sociaux a pris d’assaut la maison de la famille Wunderlich près de Darmstadt, en Allemagne et a soustrait les enfants à leurs parents. Les enfants venaient de s’asseoir chez eux pour commencer leur première leçon de l’année. L’interdiction allemande de l’éducation en milieu familial remonte à 1918. Depuis, le pays a signé un certain nombre d’accords internationaux relatifs aux droits de l’Homme qui protègent explicitement le droit des parents de diriger l’éducation de leurs enfants. Bien que les autorités aient rendu leurs enfants à Dirk et Petra Wunderlich, leur situation juridique demeure incertaine et l’Allemagne continue de maintenir des sanctions pénales pour les familles qui souhaitent faire l’école à la maison. Récemment, la Cour EDH a accepté d’examiner l’affaire de la famille. La Cour a convenu d’examiner si les actions de l’Allemagne violaient le droit à la vie privée et familiale des Wunderlich, protégé par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’Homme.

Dirk Wunderlich, le père de la famille, a déclaré :

« J’espère sincèrement que la Cour EDH réaffirmera que l’État n’a pas le droit d’enlever les enfants à leur famille simplement parce qu’ils sont scolarisés à la maison. Notre plus jeune fille n’avait que quatre ans lorsque les autorités ont fait irruption dans notre maison et ont emmené nos enfants sans avertissement. Elle ne pouvait cesser de pleurer pendant onze jours. Sa sœur aînée n’a plus rit depuis cet incident. Nous avons choisi d’éduquer nos enfants à la maison, car nous croyons que c’est le meilleur environnement pour eux pour apprendre et grandir. ».

Mike Donnelly, expert international en enseignement à domicile et Directeur de Global Outreach pour la Home School Legal Defence Association (association de défense juridique de l’école à la maison), qui a longtemps soutenu la famille dans son combat juridique, précise :

« Les enfants naissent d’un père et d’une mère, et non des gouvernements ce en quoi la politique d’éducation en milieu familial de l’Allemagne est complètement en désaccord avec les autres démocraties libres et pluralistes qui acceptent l’éducation à la maison. Les experts des droits de l’Homme de l’ONU et d’autres chercheurs du monde entier ont constaté que l’éducation à la maison est un droit humain naturel, fondamental et protégé. La Cour doit tenir l’Allemagne pour responsable de la garantie de cette liberté fondamentale ».

Cette fois des bus pro-vie : au Canada

Posted:

La municipalité de Peterborough a autorisé l’affichage de publicités pro-vie sur ses autobus municipaux. Les affiches ont été installées sur les autobus mardi.

Autobus-peterborough-avortement

Sur les affiches, placardées à l’extérieur des autobus de la ville, on voit trois cercles. Dans le premier, on voit une photo d’un fœtus à 7 semaines; dans le deuxième, un fœtus à 16 semaines; et le troisième cercle, sans fœtus, contient le mot « gone ». À la droite des images, on peut lire en caractères gras « l’avortement tue des enfants ».

Le conseil municipal était contre ces publicités controversées, mais les tribunaux ont donné raison à l’organisme pro-vie. Devorah Gilman, porte-parole du groupe Canadian Centre for Bio-Ethical Reform (CCBR) qui finance la publicité, se réjouit :

« Nous sommes heureux de pouvoir informer la population canadienne au sujet des avortements. Chaque jour au pays, 300 êtres humains perdent la vie en raison de l’avortement. »

La publicité circulera sur les autobus jusqu’à la fin juin.

Des versets de l’Evangile sur les bus de Londres

Posted:

Bus-image-1-for-home-page-and-about-page
« Quote Jesus » est un projet lancé par Howard Conder, évangéliste, fondateur de « Revelation TV ». Il lance une campagne publicitaire spéciale pour Pâques qui durera deux semaines à partir du 10 avril sur les bus de Londres et du sud-est de l’Angleterre. Parmi les citations, seront affichés certains passages les plus connus de l’Evangile comme : « quiconque croit en moi ne mourra jamais », « Je suis le chemin, la vérité et la vie », « Heureux les doux, ils hériteront la terre ».

« Saviez-vous qu’il y a 6,5 millions de passagers qui voyagent chaque jour avec les bus de Londres ; il y a environ 9 millions de personnes qui vivent ici dans la capitale et il y a près de 17 millions de touristes qui visitent Londres chaque année. Donc dans l’ensemble […] on peut atteindre des millions de gens avec les paroles de Jésus-Christ ».

Incroyable vidéo : un bébé étire ses jambes dans le ventre de sa mère

Posted:

C’est une vidéo publiée par un site internet anglais. Grâce à une nouvelle technologie, on peut suivre le développement du fœtus bien plus précisément qu’avec les échographies lambda. Grâce à une nouvelle forme d’IRM mise au point par des médecins du projet IFIND, on découvre le fœtus de 20 semaines bouger dans le ventre de sa mère, étirer ses jambes, jouer avec le cordon ombilical, le tout sans la moindre ambiguïté. Les images sont nettes, claires. Un véritable ravissement :

Pas d’amalgame

Posted:

Capture d’écran 2017-04-06 à 19.57.40

Poutine dénonce l’agression américaine et demande une réunion de l’ONU

Posted:

C8yK775UQAAPfzE
Suite à l’attaque américaine en Syrie, le président russe Vladimir Poutine a déclaré via son porte-parole :

« Le président Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une agression contre un Etat souverain en violation des normes du droit international, (se fondant) sur des prétextes inventés ».

Cette frappe américaine risque d’affaiblir les efforts pour combattre le terrorisme, a déclaré le législateur russe Viktor Ozerov. La Russie va demander la tenue d’une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, a ajouté le chef de la commission de défense de la Chambre haute du Parlement russe.

8 avril : rosaire pour la France à Toulouse

Posted:

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à un ROSAIRE pour la FRANCE le Samedi 08 Avril 2017 de 14h00 à 16h00, en l’église Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse.

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Emmanuel Macron ou quand les mots n’ont plus de sens

Posted:

De François Bert sur Emmanuel Macron :

« […] Ce qui frappe le plus quand on écoute Emmanuel Macron, c’est sa capacité à occuper l’espace sur l’ensemble des sujets sans que le propos puisse d’aucune façon être traductible dans l’action. Cette déconnexion profonde de l’intelligence du faire semble lui ouvrir un pass illimité dans le registre de l’audace: qu’importe le message pourvu qu’il soit bien dit, bien récité, bien ressenti, sûr de lui. C’est l’espérance folle de l’élève fainéant qui croit que la musique suffira à lui faire réciter ses tables de multiplication. C’est –pardon pour lui– Otis (Édouard Baer) décrivant son métier de scribe dans une tirade erratique devenue célèbre dans « Astérix et Obélix mission Cléopâtre ». C’est enfin, pour les poètes, l’ « aboli bibelot d’inanité sonore » de Mallarmé s’essayant à la politique.

Poésie criminelle

La référence poétique n’est pas vaine: Mallarmé, précurseur des Surréalistes, fut le premier à affranchir la poésie d’une exigence de sens. Le but était de parvenir à de la musique pure, quitte à ce que les mots assemblés n’aient plus rien à voir entre eux. Cette poésie, toutefois, bien loin des rythmes gorgés du son lumineux de Verlaine, n’avait pour seule victime que les mots, les feuilles sanglantes de ratures, les yeux et les oreilles de son auditoire. En politique la conséquence n’est pas la même et le prix à payer est bien cher en drames humains. Les cinq années de la non-présidence Hollande laissent aujourd’hui des stigmates qui donnent à la litanie anaphorique des « Moi président » le goût amer de la prédiction des « plaies d’Egypte » à venir.

Mystification de l’action

Ce qui caractérise une personnalité de chef c’est, bien mieux que la capacité à générer du rêve (avec ou sans programme), la posture silencieuse du discernement et le langage sobre de l’action. Quand un chef parle, il prépare ou émet des messages exécutoires. Il a par conséquent une double obsession: dire uniquement ce qui sera exécutable et filtrer du débat ce qui l’en écarte. Emmanuel Macron fait exactement l’inverse: il génère des formules (Penser Printemps, Révolution…) qui sont calibrées pour ne pas survivre au temps du discours et ajoute des promesses orphelines (fin des 35h pour les jeunes, conventions démocratiques européennes…) ou des provocations (Algérie, culture française…) qui rendent le plan d’action absolument illisible.

[…] Emmanuel Macron n’a ni la capacité de discernement propre aux chefs naturels, ni la force d’entraînement d’une vision qu’il générerait par lui-même. Si nous prenions une métaphore musicale, nous pourrions dire qu’Emmanuel Macron fonctionne comme un « arrangeur », c’est-à-dire celui qui met en valeur une composition qui vient d’autrui avant de la transmettre à un chef d’orchestre qui n’est pas lui. En musique, c’est une étape utile mais discrète, car fondamentalement impuissante sans l’impulsion du compositeur et la présence dirigeante du chef d’orchestre. Dans un monde médiatique qui ne cherche qu’à capter l’attention le plus longtemps possible sur des sujets superficiels, l’arrangeur devient roi. Pas étonnant alors que le programme de Macron ait tant tardé à émerger. Inquiétante est surtout l’absence chez lui d’une capacité de pilotage à défaut d’inspiration.

C’est un petit Jésus tout doux, en culotte de velours, qui s’offre aux électeurs fidèles aux émissions et aux meetings mystiques d’Emmanuel Macron. Mais gronde, sous ce Che Guevara des quartiers bobos, les dangers de celui qui seconda Castro. C’est un dieu Éole qui ne mesure pas encore combien la démesure, l’inconséquence et la trajectoire aléatoire de ses vents peut faire de mal à la réalité du vivant. Il faut écouter Macron en deux temps, comme on discerne la proposition d’un consultant: avec le son et l’image d’abord, pour voir combien le jeu d’acteur est bon, avec le texte et le silence ensuite pour retrouver le chemin de la raison. »

Attaque américaine en Syrie : dans quel but ?

Posted:

5107231_6_6b90_donald-trump-s-apprete-a-faire-une_41744b74b743133fdd017508b990a168
Donald Trump a déclenché jeudi soir des frappes contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée imputée à Bachar el-Assad. Ces frappes, première opération militaire des États-Unis contre le régime syrien, ont été menées avec 59 missiles de croisière Tomahawk, visant la base aérienne de Shayrat «associée au programme» d’armes chimiques de Damas et «directement liée» aux événements de mardi.

Mardi, un raid (trop ?) rapidement imputé à l’armée syrienne contre la localité de Khan Cheikhoun dans le nord-ouest de la Syrie a fait au moins 86 morts, dont 27 enfants, et provoqué une indignation internationale. Dans une adresse solennelle à la télévision, Donald Trump a affirmé que ces opérations étaient «dans l’intérêt vital de la sécurité nationale» des États-Unis. Le visage grave, le président républicain a affirmé que l’Amérique était «synonyme de justice», appelant les «nations civilisées» à mettre fin au bain de sang en Syrie. Donald Trump a encore accusé «le dictateur syrien Bachar el-Assad (d’avoir) lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents en utilisant un agent neurotoxique mortel».

Washington a prévenu Moscou à l’avance de ces frappes. Mais la Russie avait mis en garde les États-Unis. À l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU qui débattait depuis deux jours d’une résolution de condamnation de l’attaque, l’ambassadeur russe Vladimir Safronkov avait en effet averti des «conséquences négatives» en cas d’intervention militaire. Avec cette frappe, Donald Trump a pris la mesure militaire américaine la plus directe depuis le début de la guerre en Syrie il y a six ans. Barack Obama avait abandonné l’idée des frappes sur la Syrie en 2013. Jusqu’à présent, Donald Trump semblait revenir sur les ardeurs guerrières de l’ère Obama Clinton pour s’entendre avec Poutine. Aujourd’hui il fait prendre à son ambassadrice à l’ONU des postures de défi.

De fait, on ne sait toujours pas qui a utilisé en 2013 en Syrie le gaz Sarin, bien que l’affaire ait permis à l’Occident de soutenir les rebelles dits modérés, dont Al Nosra. Cette fois encore Bachar el Assad se trouve accusé, unanimement, sans preuves.

Sur Europe 1, Frédéric Pichon déclare :

« J’ai vu les chancelleries s’engouffrer avec beaucoup d’empressement dans un narratif qui accusait l’utilisation par Assad d’agents chimiques (…). Avec l’élection de Trump les Etats-Unis convergent sur un narratif russe qui est que Bachar Al-assad peut et doit rester au pouvoir. Donald Trump l’avait rappelé la semaine précédente. Depuis la chute d’Alep le régime avait le vent en poupe, et cet incident renverse totalement la situation, Assad redevient le paria de la communauté internationale, repart un peu à zéro en quelque sorte. On a l’impression que ça fait six ans que ça dure et qu’on ne sortira pas de cette opposition entre Occidentaux et Russes/Chinois de l’autre ».

« Il y a toujours la même question de savoir qui on met à la place d’Assad ou, en tout cas, du système politico-militaire en Syrie en cas d’éviction d’Assad. Ce sont toujours les mêmes problèmes qui se posent et ça fait six ans que ça dure »

Cette affaire intervient dans un contexte particulier : la communauté diplomatique internationale, y compris en France et aux Etats-Unis, venait de faire savoir que le retrait de Bachar el Assad n’était plus un préalable au commencement de discussions sérieuses en vue d’un règlement politique. Dans ces circonstances, prendre le risque d’utiliser des armes chimiques était une profonde imbécillité pour le chef de l’Etat syrien… Alors, à qui profite ce crime ? L’attaque chimique a eu lieu la veille de la réunion de Bruxelles consacrée à la reconstruction de la Syrie, où d’aucuns craignaient qu’Assad ne regagne sa légitimité. Cette accusation d’utilisation d’armes chimiques vient ruiner en grande partie les efforts de la Russie pour réintégrer Damas dans la communauté internationale et faire converger les Occidentaux sur la priorité à l’éradication d’Al Qaïda et de l’Etat islamique.

Qu’y a-t-il donc derrière cette attaque américaine qui risque d’aggraver le chaos en Syrie ? S’agit-il de politique internationale ou de politique intérieure ? Une simple esbroufe pour montrer qu’il n’est pas l’ami de Poutine qu’on l’accusait d’être ? Une aventure qui ferait plaisir à la fois aux faucons israéliens, dont il a recherché les faveurs déjà par le choix

Publicités

Auteur : erlande

68 ans;45 ans d'expérience dans la communication à haut niveau;licencié en lettres classiques;catholique;gaulliste de gauche à la Malraux;libéral-étatiste à la Jacques Rueff;maître:Saint Thomas d'Aquin:pro-vie sans concession.Centres 'intérêt avec connaissances:théologie,metaphysie,philosophies particulières,morale,affectivité,esthétique,politique,économie,démographie,histoire,sciences physique:physique,astrophysique;sciences de la vie:biologie;sciences humaines:psychologie cognitive,sociologie;statistiques;beaux-arts:littérature,poésie,théâtre,essais,pamphlets;musique classique.Expériences proffessionnelles:toujours chef et responsable:chômage,jeunesse,toxicomanies,énergies,enseignant,conseil en communication:para-pubis,industrie,services;livres;expérience parallèle:campagne électorale gaulliste.Documentation:5 000 livres,plusieurs centaines d'articles.Personnalité:indifférent à l'argent et aux biens matériels;généraliste et pas spécialiste:de minimis non curat praetor;pas de loisirs,plus de vacances;mémoire d'éléphant,pessimiste actif,pas homme de ressentiment;peur de rien sauf du jugement de Dieu.Santé physique:aveugle d'un oeil,l'autre très faible;gammapathie monoclonale stable;compressions de divers nerfs mal placés et plus opérable;névralgies violentes insoignables;trous dans les poumons non cancéreux pour le moment,insomniaque.Situation matérielle:fauché comme les blés.Combatif mais sans haine.Ma devise:servir.Bref,un apax qui exaspère tout le monde mais la réciproque est vraie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s