L’arène nue : N. Leron : « aucun pan du droit national n’échappe plus à l’emprise du droit de l’UE ».

L’arène nue

N. Leron : « aucun pan du droit national n’échappe plus à l’emprise du droit de l’UE ».

Nicolas Leron est juriste et politiste, spécialiste de l’Union européenne. Il a coécrit avec Michel Aglietta La double démocratie, Une Europe politique pour la croissance (Seuil, 2017). Si les propositions qu’il formule sont assez différentes de ce qu’on lit habituellement sur le présent blog, le diagnostic, en revanche, est très proche. La description du processus « d’intégration négative » et l’accent mis sur le rôle de la Cour de justice de l’Union européenne, notamment, nous ont semblé mériter une attention particulière.

***

Dans votre livre « La double démocratie » coécrit avec Michel Aglietta, vous émettez des propositions qui laissent entendre que vous espérez encore pouvoir sauver l’édifice, notamment la mise en place d’une « Europe puissance publique », qui ne soit ni un « saut fédéral », ni une fin de l’Union. Pour autant et malgré votre relatif optimisme, vous émettez sur l’Europe actuelle un diagnostic sévère. Vous expliquez notamment « l’intégration négative » y prime largement sur « l’intégration positive ». Pouvez-vous préciser ce que cela signifie ?

L’intégration positive et l’intégration négative sont deux notions forgées par le politiste allemand Fritz Scharpf pour distinguer deux dimensions de l’intégration européenne. L’intégration positive renvoie à la capacité de l’Union européenne (UE), par l’action de son législateur, de décider et de mettre en œuvre des politiques publiques européennes, notamment socio-économiques, ou d’harmoniser les législations nationales, par exemple en matière de fiscalité ou d’environnement. L’intégration positive relève ainsi de la question du faire, de l’agir collectif, par la voix du Conseil (l’instance intergouvernementale) et du Parlement européen (l’instance des citoyens). L’intégration négative renvoie, elle, à l’idée d’une intégration européenne mue par la force du droit de l’UE et de sa Cour de justice (CJUE).

C’est ce qui se passe actuellement et ce n’est pas très engageant….

Certes. Le terme « négative » est peut-être mal choisi en ce qu’il induit une certaine connotation, un certain jugement de valeur sur ce type de dynamique d’intégration. Mais l’idée principale est que l’intégration négative échappe en grande partie aux gouvernements nationaux et plus largement au législateur européen. Elle est d’une certaine manière auto-entretenue : une fois institués, les traités européens, dont la CJUE est le porte-voix, vont produire de manière autonome un puissant droit du marché intérieur. La CJUE va étendre autant qu’elle le pourra le champ d’application et l’autorité du droit de l’UE sur les ordres juridiques nationaux. Au succès jamais démenti des avancées du droit de l’UE correspond un processus de dérégulation des législations nationales qui contreviennent, de près ou de loin, à la libre circulation intra-européenne des facteurs économiques et, plus largement, des citoyens de l’UE. Quasiment aucun pan du droit national n’échappe désormais à l’emprise du droit de l’UE.

« Une fois institués, les traités européens, dont la CJUE est le porte-voix, vont produire de manière autonome un puissant droit du marché intérieur. La CJUE va étendre autant qu’elle le pourra le champ d’application et l’autorité du droit de l’UE sur les ordres juridiques nationaux ».

En revanche, l’intégration positive est bien plus moribonde. Du fait de la règle de l’unanimité ou de la majorité qualifiée, il est difficile pour le législateur européen de décider de grandes politiques socio-économiques qui viendraient contrebalancer les effets négatifs du marché intérieur. Le système décisionnel donne une prime au statu quo, c’est-à-dire un avantage pour les États membres qui se satisfont de la situation actuelle, du fait qu’elle leur procure un avantage compétitif (fiscalité, droit du travail…) au détriment des autres États membres. Les partisans du changement devront en effet surmonter la règle de la majorité qualifiée ou même de l’unanimité pour les secteurs les plus sensibles. C’est que que Fritz Schaprf appelle le piège de la décision conjointe. Les États membres ne peuvent accepter la règle de la majorité simple car ce serait prendre le risque intenable de se retrouver relativement souvent mis en minorité sur des sujets pouvant relever de l’intérêt national vital ou stratégique. Donc, a minima les États membres au sein du Conseil votent à la majorité qualifiée, mais du coup confèrent une prime aux tenants du statu quo.

Il s’ensuit une asymétrie entre l’intégration négative, en constante dynamique, et l’intégration positive, bien moins vigoureuse. De cette asymétrie découle un décalage entre l’ordre juridico-institutionnel de l’UE, en pleine force, et les politiques publiques européennes, souvent en deçà des enjeux et des demandes des citoyens.

De cet ordre juridico-institutionnel, vous expliquez que c’est une véritable « Constitution ordolibérale » de l’Europe. Pouvez-vous préciser ?

L’Union européenne est d’abord et surtout une Europe de la règle. C’est là son grand écueil. Le cœur de l’UE, c’est le droit du marché intérieur, avec les libertés de circulation des facteurs économiques (marchandises, services, capitaux, travailleurs) et non économique (les citoyens de l’UE mais également indirectement les ressortissants d’États tiers liés aux citoyens de l’UE) et aussi le droit de la concurrence. Les traités européens forment ainsi une Constitution économique matérielle qui s’impose aux États membres. Cette Constitution économique européenne est de facture ordolibérale : elle garantit juridiquement l’établissement et le bon fonctionnement d’une concurrence libre et non faussée, selon la formule consacrée.

Ce libre-échangisme intra-européen qui découle du droit (et non d’une déréglementation totale dans la version néolibérale) place les États membres dans une situation de concurrence réglementaire. En effet, ne pouvant plus vraiment jouer sur leurs frontières nationales pour limiter les flux économiques avec leurs partenaires, les États voient leurs propres législations nationales mises en concurrence. Celui qui présentera la réglementation nationale la plus avantageuse en matière de fiscalité ou de droit du travail bénéficiera d’un avantage compétitif sur les autres États membres. De gauche ou droite, les gouvernements sont alors soumis à une pression systémique qui les conduit à mettre en œuvre, bon gré mal gré, une politique de l’offre.

« Les traités européens forment ainsi une Constitution économique matérielle qui s’impose aux États membres. Cette Constitution économique européenne est de facture ordolibérale ».

En somme, ça signifie qu’il n’y a plus d’alternance dans les États membres. Ou plus exactement qu’il y a « alternance sans alternative », selon une expression connue.

C’est ça. Traduit en termes de pouvoir budgétaire, cela signifie que les parlements nationaux, dans le vote du budget national, voient leurs marges de manœuvre réduites sur un plan qualitatif, c’est-à-dire quant à l’orientation de la politique budgétaire. Les citoyens, mécaniquement, perdent en pouvoir démocratique. Ils ont le choix entre le « travailler plus pour gagner plus » d’un Sarkozy ou le « redressement dans la justice » d’un Hollande, mais in fine il s’agit bien d’une politique de l’offre.

Cette perte « qualitative » du pouvoir budgétaire national se conjugue, en outre, avec une perte quantitative du fait des règles budgétaires européennes. Le paroxysme est atteint lorsque l’État membre est membre de la zone euro, c’est-à-dire qu’il n’a plus le levier monétaire, et que celui-ci est sous programme d’assistance, comme la Grèce. Le pouvoir budgétaire du parlement grec est réduit à peau de chagrin. Le kratos de la démocratie grecque devient presque virtuel. La démocratie grecque semble, pour bon nombres de citoyens grecs, être devenue un mot creux, sans consistance.

L’idée centrale de mon essai cosigné avec Michel Aglietta est que le cœur de la crise européenne n’est pas macroéconomique. Elle n’est pas un problème de souveraineté. Elle est une crise démocratique : une perte générale de kratos, qui se traduit par un sentiment d’impuissance publique de moins en moins supportable et supporté par les citoyens.

« La démocratie grecque semble, pour bon nombres de citoyens grecs, être devenue un mot creux, sans consistance ».

Pas un problème de souveraineté ? Pourtant vous accordez une large place au rôle de la Cour de justice de l’Union dans votre ouvrage. A la suite de nombreux juristes, vous expliquez qu’elle a œuvré à « constitutionnaliser » le droit de l’Union. Si les traités sont ainsi devenus une « quasi-constitution » à l’insu même des citoyens des États membres et même contre le souhait explicite de certains peuples qui ont clairement rejeté, en 2005, un projet de Constitution européenne, il y a bien une atteinte portée à la souveraineté des peuples, à la démocratie…

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) est une cour puissante qui a réussi, pas à pas, à établir son autorité, d’abord vis-à-vis des juridictions nationales, notamment des cours constitutionnelles et suprêmes des États membres. La saga de ce que les juristes appellent le « dialogue des juges » entre la CJUE et le Conseil d’État français constitue, par exemple, un morceau de choix dans l’histoire de l’intégration juridique européenne.

Le plus frappant, rétrospectivement, est que la CJUE a construit et imposé d’elle-même une doctrine constitutionnelle des traités européens, une « constitutionnalisation » de ceux-ci, notamment par l’affirmation de deux principes juridiques cardinaux : l’effet direct et la primauté absolue du droit de l’UE sur les droits des États membres. La combinaison de ces deux principes constituent une rupture conceptuelle vis-à-vis du droit international. Le droit européen devenait un droit d’une nature propre, d’un nouveau genre. Or ces deux principes n’étaient écrits nulle part dans les traités… ! Et s’ils le sont aujourd’hui, ce n’est que de manière très périphérique, presque cachée. Le principe de primauté du droit de l’UE n’est mentionné dans le traité de Lisbonne que dans une déclaration annexe (Déclaration n° 17).

« Le plus frappant, rétrospectivement, est que la CJUE a construit et imposé d’elle-même une doctrine constitutionnelle des traités européens, une « constitutionnalisation » de ceux-ci, notamment par l’affirmation de deux principes juridiques cardinaux : l’effet direct et la primauté absolue du droit de l’UE sur les droits des États membres ».

Étonnant pour un principe de portée constitutionnelle… !

Oui. Après, il ne faut pas mélanger les choses. Cette constitutionnalisation des traités européens par l’action jurisprudentielle de la CJUE n’a jamais été contredite par les États membres qui, traité après traité, ont au contraire eu tendance à codifier dans les traités la jurisprudence de la CJUE. Ce fut le cas, par exemple, en matière de protection des droits fondamentaux. Il ne s’agit pas non plus de l’édiction par la CJUE d’une Constitution au sens formel. Les États membres sont et demeurent les maîtres des traités. Le traité établissant une Constitution pour l’Europe (le « traité constitutionnel ») en est la parfaite illustration. Le processus d’élaboration et surtout de signature et de ratification du traité constitutionnel fut maîtrisé par les États membres. La preuve : les Français et les Néerlandais en ont rejeté, par voie référendaire, la ratification. Le traité de Lisbonne de 2007, qui reprenait il est vrai une bonne partie du contenu du traité constitutionnel, fut également le fruit de la volonté des États membres. Le traité de Lisbonne fut signé par les gouvernements et ratifié par les parlements nationaux – sauf pour l’Irlande qui a ratifié le traité par voie référendaire. La CJUE n’a rien à voir là-dedans. La question de savoir si la ratification par les parlements nationaux fut légitime ou pas relève d’une question de démocratie nationale, par européenne. De même pour le vote à deux reprises par les Irlandais. Ces derniers auraient pu revoter « non ».

Mais pour revenir à la CJUE et à son rôle dans la dynamique d’intégration européenne, le problème que cela peut soulever n’est pas tant un problème de légitimité politique qu’un problème de conflit constitutionnel avec les cours constitutionnelles nationales. En effet, à force de « constitutionnaliser » l’ordre juridique de l’UE et, par ce biais, de s’ériger elle-même en cour suprême de l’UE, la CJUE tend à entrer en concurrence directe avec les cours constitutionnelles nationales. D’où la résistance, sur un plan juridique, de ces dernières, à l’instar de la plus bruyante d’entre elle : la Cour constitutionnelle fédérale allemande. Pousser à un certain point, la conception d’une primauté absolue du droit de l’UE, c’est-à-dire y compris sur les normes constitutionnelles nationales, entre en contradiction avec le principe de souveraineté étatique qui se traduit dans le principe de suprématie de la Constitution nationale. Pour les lecteurs intéressés par cette question qui relève à la fois de la théorie du droit et de la lutte politique entre cours constitutionnelles, je renvoie à ma thèse La gouvernance constitutionnelle des juges : l’institutionnalisation d’un nouveau mode de régulation du risque de conflit constitutionnel dans l’Union européenne (disponible en ligne ici) ou encore à cet article que je viens de publier et qui reprend le cœur de ma thèse : « La gouvernance constitutionnelle des juges dans l’Union européenne. L’invention d’un mode communicationnel de régulation du risque de conflit constitutionnel », Revue du Droit de l’Union européenne (1/2017).

« Pousser à un certain point, la conception d’une primauté absolue du droit de l’UE, c’est-à-dire y compris sur les normes constitutionnelles nationales, entre en contradiction avec le principe de souveraineté étatique qui se traduit dans le principe de suprématie de la Constitution nationale ».

Vous espérez que l’Europe deviendra une puissance publique si on la dote d’un budget propre, avec des ressources collectées par elle-même (et non transférées depuis les États). Étant donné, comme on l’a vu durant la crise grecque ou durant celle des migrants, que la solidarité entre les États-membres s’est déjà beaucoup émoussée, pensez-vous qu’il soit possible encore possible que ces derniers s’accordent pour mettre en place des taxes européennes (taxe carbone, taxe sur les transactions financières) ?

Le constat de l’analyse que Michel Aglietta et moi faisons est que la méthode des petits pas, c’est-à-dire l’amélioration progressive, par touches, du statu quo, conduit tôt ou tard dans le mur. La dynamique structurelle de politisation négative de l’Europe que nous identifions est bien trop forte pour être contrée, ou même contenue avec des rustines institutionnelles. Il faut un saut politique, un nouvel acte européen fondateur comme le furent le marché commun et la monnaie unique. Ou bien un saut en arrière comme le « Brexit ». Mais pour nous, sortie de l’UE ou grand saut fédéral correspondent aux deux faces de la même pièce : l’obsession de la souveraineté. Souveraineté transférée à l’UE ou rapatriement de la souveraineté au niveau de l’État : ces deux voies nous paraissent illusoires. Cela vaut également pour la politique monétaire, surtout pour la France. Le retour au franc ne rétablira en rien la souveraineté de la France ni sa compétitivité sur le plan économique. La France du franc avant l’euro subissait la puissance du Deutsche Mark. Et si la France sortie de l’euro pourra dévaluer à sa guise sa monnaie, les autres le pourront aussi.

Quant au Royaume-Uni, outre la fragilisation historique de son intégrité territoriale avec la perspective d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse, il va se retrouver prochainement confronté aux contradictions du « Brexit ». Car entre la financiarisation accrue de l’économie du pays et sa réindustrialisation volontariste, il va falloir tôt ou tard choisir. Sortir de l’UE pour embrasser davantage la globalisation, je ne suis pas sûr que les électeurs du « Brexit » s’y retrouveront. Je ne suis pas sûr que le Royaume-Uni aura gagné tant que cela en souveraineté réelle, qui doit s’apprécier à l’échelle du nouvel ordre mondial.

Par ailleurs, si la création de la monnaie unique fut possible, cela veut dire que d’autres sauts politiques majeurs le sont également. Ce que nous pensons ni possible ni souhaitable, c’est le saut de souveraineté (qu’il soit un saut avant ou un saut arrière). Mais un autre saut nous semble à la fois nécessaire et possible : le saut budgétaire.

Est-ce que vous ne fétichisez pas un peu le budget ? En quoi est-ce plus qu’une simple rustine institutionnelle, technique ?

Parce que le budget relève de deux dimensions : d’une part, une dimension de stabilisation marcoéconomique, mais d’autre part, et surtout, une dimension constitutive du politique et de la démocratie. Sans budget réel, c’est-à-dire au-delà d’un budget technique comme c’est le cas pour l’UE actuellement, il n’y pas de pouvoir budgétaire, de kratos, et sans kratos il n’y a pas de parlement digne de ce nom, et donc pas de démocratie représentative. L’UE n’est pas une démocratie. Je ne dis pas qu’elle est anti-démocratique. Elle assure d’ailleurs un haut niveau de protection des droits fondamentaux. Elle respecte la règle de droit, la rule of law, et met en place un système institutionnel d’équilibre des pouvoirs. Mais elle n’est pas une démocratie car elle ne possède pas la chair du politique : la capacité à produire des biens publics de taille systémique, qui orientent le destin commun.

Ce saut budgétaire auquel nous appelons doit s’appuyer sur des ressources propres, c’est-à-dire sur une fiscalité européenne digne de ce nom. Une démocratie européenne ne saurait advenir que par la double capacité de mettre en commun une partie des richesses produites par l’existence même du marché intérieur (la valeur ajoutée européenne) et de décider collectivement des dépenses communes, c’est-à-dire quels types de biens publics européens nous, Européens, voulons produire. C’est ainsi qu’existe et vit une démocratie : la lutte pour la détermination des recettes et des dépenses de la communauté politique, à travers une lutte pour la définition de l’intérêt général.

C’est en instituant une démocratie au niveau de l’UE (ou d’un noyau dur d’États membres) que l’on pourra revivifier les démocraties nationales, en desserrant l’étau de l’Europe de la règle qui étouffe le pouvoir budgétaire des parlements nationaux. En résumé, il s’agit de passer d’une Europe de la règle, qui établit un jeu à somme nulle entre États membres (avec l’écueil inévitable du « I want my money back ! »), à une Europe puissance publique, qui établit un jeu à somme positive entre les États membres et l’UE.

Publicités

Auteur : erlande

68 ans;45 ans d'expérience dans la communication à haut niveau;licencié en lettres classiques;catholique;gaulliste de gauche à la Malraux;libéral-étatiste à la Jacques Rueff;maître:Saint Thomas d'Aquin:pro-vie sans concession.Centres 'intérêt avec connaissances:théologie,metaphysie,philosophies particulières,morale,affectivité,esthétique,politique,économie,démographie,histoire,sciences physique:physique,astrophysique;sciences de la vie:biologie;sciences humaines:psychologie cognitive,sociologie;statistiques;beaux-arts:littérature,poésie,théâtre,essais,pamphlets;musique classique.Expériences proffessionnelles:toujours chef et responsable:chômage,jeunesse,toxicomanies,énergies,enseignant,conseil en communication:para-pubis,industrie,services;livres;expérience parallèle:campagne électorale gaulliste.Documentation:5 000 livres,plusieurs centaines d'articles.Personnalité:indifférent à l'argent et aux biens matériels;généraliste et pas spécialiste:de minimis non curat praetor;pas de loisirs,plus de vacances;mémoire d'éléphant,pessimiste actif,pas homme de ressentiment;peur de rien sauf du jugement de Dieu.Santé physique:aveugle d'un oeil,l'autre très faible;gammapathie monoclonale stable;compressions de divers nerfs mal placés et plus opérable;névralgies violentes insoignables;trous dans les poumons non cancéreux pour le moment,insomniaque.Situation matérielle:fauché comme les blés.Combatif mais sans haine.Ma devise:servir.Bref,un apax qui exaspère tout le monde mais la réciproque est vraie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s