Vers où va-t-on ? : Musktopia, nous voilà!-Vous n’entendrez jamais ces vérités discutées dans les médias

Vers où va-t-on ?

Musktopia, nous voilà!

Posted: 12 Apr 2017 06:25 AM PDT
Article original de James Howard Kunstler, publié le 3 Avril 2017 sur le site kunstler.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr
Résultats de recherche d’images pour « space x »
flickr.com
Il faut signaler à quel point la nation délire aujourd’hui, alors qu’Elon Musk de Tesla et son Space X sont pris au sérieux. Musk continue de vendre son fantasme de voyage vers Mars, dans un pays qui peut à peine se gérer sur la Terre. La voiture Tesla représente l’une des principales raisons de cette incapacité, c’est-à-dire que nous ferons tout pour préserver, entretenir et défendre notre dépendance au système automobile perpétuel et inutile (et nous ne ferons rien pour concevoir un arrangement de vie plus sain).

Même les personnes ayant fait leurs études à l’Ivy League croient que la voiture électrique est une « solution » à notre dilemme économique de base, qui consiste à garder tous les accessoires et objets de la banlieue en état à tout prix, face aux problèmes liés aux combustibles fossiles, en particulier le changement climatique. Tout d’abord, il faut comprendre comment la Tesla et les automobiles électriques sont liées à notre culture des indicateurs de vertu, principale caractéristique motivante du politiquement correct. Montrer sa vertu est un racket pour acquérir un statut. Dans ce cas, vous obtenez des points sociaux positifs pour indiquer que vous êtes dans le vrai avec une « énergie propre », vous êtes « vert », un « écologiste », un « ami de la terre ». Les gens ordinaires peuvent conduire une Prius pour avoir leurs points bonus. Mais le conducteur de Tesla obtient tout cela et bien plus encore : la jalousie des conducteurs de Prius!

Tout cela n’est que de la merde en branche, bien sûr, parce qu’il n’y a rien de vert ou de planète-cool attitude dans les voitures Tesla, ou les voitures électriques en général. Évidemment, de nombreux Américains pensent que ces voitures fonctionnent sur batterie. Non, ce n’est pas le cas. Pas vraiment. La batterie n’est qu’une unité de stockage d’électricité provenant de centrales électriques qui brûlent quelque chose ou d’installations hydroélectriques comme le barrage Hoover, avec des problèmes de déclin des niveaux de son réservoir et du vieillissement de la construction en béton. Beaucoup de ce qui brûle pour générer de l’énergie électrique, c’est du charbon. Reliez les points. Considérez également l’« énergie intégrée » qu’il faut, pour fabriquer les voitures. Ça doit aussi venir de quelque part.

Un cadre de la Silicon Valley qui conduit une Tesla se sentira très bien, sans avoir à faire quoi que ce soit pour changer son mode de vie. Tout ce qu’il faut, c’est payer le ticket d’entrée de 101 500 $ pour le modèle le moins cher. Pour beaucoup de dirigeants de la Silicon Valley, il se peut que cela ne soit qu’un peu d’argent de poche. Pour les masses de déplorables du centre des États-Unis, c’est juste un autre rêve impossible, sur une liste croissante de conforts et de commodités qui ont disparu.

En fait, le paradigme d’une utilisation de masse des automobiles aux États-Unis est déjà en train de craquer, non pas sur la base du type de carburant utilisé par la voiture, mais sur l’impossibilité de son financement. Les Américains sont habitués à acheter des voitures avec des prêts échelonnés et, à mesure que l’implosion de la classe moyenne se poursuit, il y a de moins en moins d’Américains qui sont susceptibles d’emprunter. L’industrie automobile traditionnelle (filière essence) a essayé de contourner cette réalité pendant quelques années, en permettant des prêts plus risqués pour des clients toujours moins fiables, comme un prêt sur sept ans pour une voiture d’occasion. L’emprunteur d’une telle affaire est sûr d’être « coulé » avec une garantie (la voiture elle-même) qui est proche de la valeur zéro, bien avant que le prêt ne soit remboursé. Nous commençons à voir les fruits de ce racket à l’heure actuelle, car ces prêts à plus long terme commencent à être dépassés. En plus de cela, beaucoup de ces prêts pourris ont été regroupés sous forme de titres négociables, tout comme les prêts hypothécaires pourris qui ont déclenché le fiasco bancaire de 2008. Attendez que cela se mette à souffler.

Ce que l’Amérique refuse de considérer face à tout cela, c’est qu’il existe une autre façon d’habiter l’espace : des quartiers avec du voisinage, des villages et des villes avec des transports en commun. Certains des enfants du millénaire gravitent vers des lieux conçus dans ce sens, parce qu’ils ont grandi dans les « banlieues » et qu’ils connaissent bien la nullité sociale qui y est induite. Mais le reste de l’Amérique est toujours engagé dans la plus mauvaise allocation de ressources de l’histoire du monde : la vie en banlieue. Et de façon tragique, bien sûr, nous sommes tous bloqués avec toute cette « infrastructure » dans notre vie quotidienne. Elle a déjà été construite! Une partie de l’appel de Donald Trump était sa promesse de garder ce système en bon état de fonctionnement.

Tout cela reste à résoudre. Le désordre politique qui fait bouillonner actuellement l’Amérique est là, parce que les contradictions dans notre vie nationale sont devenues très nettement évidentes, et la première chose à craquer est le consensus politique qui permet au train-train quotidien de continuer à avancer sans à-coup. Les turbulences politiques ne vont que faire accélérer les turbulences économiques qui les accompagnent, dans une boucle de rétroaction qui va s’auto-alimenter. Cette dynamique a beaucoup de chemin devant elle, avant que l’un de ces problèmes ne soit résolu de manière satisfaisante.

James Howard Kunstler

Vous n’entendrez jamais ces vérités discutées dans les médias

Posted: 12 Apr 2017 06:22 AM PDT
Article original de Brandon Smith, publié le 29 Mars 2017 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Le grand public vit vraiment dans deux mondes distincts. Nous avons le monde des grands médias, de la culture populaire et de la rhétorique politique ; un monde qui cherche constamment et désespérément à tordre ou à détruire toute possibilité de mesure légitime de la réalité, laissant les gens dans un brouillard frénétique. En face, nous avons le monde des faits concrets ; un monde laid et brutal qui bouleverse beaucoup de gens quand ils le voient et ne les laisse qu’avec le faible espoir que les plus novateurs d’entre nous vont peut-être renverser cette désastreuse trajectoire, ou du moins survivre pour maintenir un niveau significatif de civilisation.

Le triste constat est que si une majorité de la population étudiait et acceptait le monde des faits, alors la préparation et l’action intelligente ou agressive pourrait annuler tout résultat destructeur. La réalité ne se développe chaque jour de façon plus laide que parce que nous continuons à l’ignorer.

En êtes-vous jamais arrivé à une conclusion logique ou pratique en réponse à un problème national ou mondial et avoir attendu en vain pour l’entendre formulée dans les médias dominants ? Avez-vous déjà pensé : si je peux comprendre cela, pourquoi ne le peuvent-ils pas ? Et par « eux », je veux dire les gens passant les plus souvent sur les plateformes médiatiques. Cela inclut les soi-disant « journalistes professionnels », les leaders politiques, les économistes traditionnels, les « analystes » très bien payés, etc. Je pense que de plus en plus d’Américains considèrent enfin que ces « professionnels » ne sont pas très intelligents ou qu’ils ont un ordre du jour qui cherche à perpétuer le problème plutôt que de le résoudre.

Oui, la classe intellectuelle, les gardiens de longue date de la pensée et du consentement du public, sont pour la plupart des crétins et / ou des menteurs avec un but terrible à l’esprit. Je comprends que ce n’est pas une surprise pour beaucoup de mes lecteurs, mais rappelez-vous, les masses sont encore prises au piège dans un brouillard stupéfiant. Le but ici est d’en ramener au moins quelques-uns hors de ce marasme chaque fois que possible.

En attendant, ils sont nourris de récits malhonnêtes, l’un après l’autre, et il y a certaines vérités, des suggestions, des solutions et des philosophies qu’ils n’auront jamais l’occasion côtoyer dans leur vie quotidienne. Voici quelques questions et idées sur des événements très spécifiques et des mèmes de propagande qui ne semblent pas recevoir la lumière du jour.

La débâcle de la facture médicale

Si vous prenez note des réactions boursières aux événements législatifs, vous avez peut-être observé que les actions ont récemment subi une vive frappe au niveau du plexus solaire (lire la section sur les actions ci-dessous pour savoir pourquoi cela importe un peu). C’est, selon le grand public, en raison de l’échec des efforts de l’administration Trump à abroger l’Obamacare. La première hypothèse est que les marchés boursiers ont grimpé en flèche après la victoire de Trump à l’élection purement parce que le monde des investisseurs a fait des paris que Trump serait très actif en matière de réductions d’impôt et de législation pro-entreprise lors de sa première année. La deuxième hypothèse est qu’en raison de l’échec à faire passer sa première loi majeure, sur l’abrogation de l’Obamacare, Trump ne sera en mesure de réaliser aucun de ses autres objectifs déclarés, y compris des réductions d’impôt.

Il y a peut-être quelques vérités mineures dans ce récit. Une abrogation de l’Obamacare aurait pu aider à libérer des milliards de dollars en capital qui aurait pu être utilisés pour les programmes d’infrastructure promis par Trump entre autres choses. Avec la loi sur les soins de santé, saignant encore à blanc les Américains et surgonflant les dépenses du gouvernement, ce mur à la frontière semble un peu moins probable en ce moment. À moins, bien sûr, que les impôts restent identiques ou même augmentent à court terme.

Ma question est la suivante : pourquoi personne dans le grand public ne se demande pourquoi un « nouveau » projet de loi sur la santé est nécessaire ? Quel était le but de cette débâcle ? De changer marginalement l’Obamacare pour qu’il existe encore mais avec un financement réduit ? Pourquoi ne pas se débarrasser complètement de cette foutue chose ? C’est ce que les gens qui ont voté Trump attendaient.

Au lieu d’essayer de faire passer un paquet inutile de lois par un congrès essayant de faire plaisir à tous les intérêts particuliers, pourquoi Trump n’a pas simplement supprimé l’application de cette taxe Obamacare ? C’est, après tout, un parfait exemple de taxation sans représentation. Si les entreprises et les particuliers n’avaient plus à se soucier des amendes pour ne pas avoir payé l’Obamacare, alors la plupart d’entre eux ne serait pas volontaire pour le payer. Ainsi, l’Obamacare serait coulé naturellement. Il me semble que la solution la plus évidente au problème est complètement ignoré dans les médias.

Les hackers russes et l’influence politique

Ce récit refuse simplement de mourir, et la seule raison que je puisse voir jusqu’ici est que c’est un moyen pour les élites de l’establishment de maintenir la gauche politique constamment agitée. La gauche devient de plus en plus folle dans sa rhétorique et son comportement, exactement parce que les médias continuent à perpétuer la logique selon laquelle Trump n’est pas « réellement président ». Pensez-y, la gauche s’élançait déjà vers la folie d’un communisme total, mais pour atteindre un crescendo de violence schizophrénique, ils ont besoin d’un peu plus de justification psychologique. S’ils peuvent être convaincus que Trump est maintenant un « agent russe », ils ont la justification dont ils ont besoin pour faire passer leurs mobilisations au niveau suivant.

Un seul problème, pourquoi personne dans les médias ne demande-t-il les preuves qui prouvent que la campagne de Trump a été influencée par le gouvernement russe ? Je continue à entendre quelles existent, mais où sont-elles ? Les médias sont loin d’être disposés à exiger des preuves tangibles que l’équipe Trump était électroniquement surveillée par l’administration Obama ; Mais jusqu’à présent, il y a plus de preuves à venir de l’espionnage téléphonique d’Obama que de preuves que Trump travaille pour les Russes.
Au-delà de cela, en ce qui concerne le « hacking » russe de la DNC pendant les élections, pourquoi personne ne présente-t-il le point le plus important, ce point étant qui s’intéresse à savoir qui a réellement piraté la DNC ? Ce n’est pas si important. Ce qui importe, c’est que la corruption extrême a été montrée, avec la collusion régulière entre la campagne de Clinton et les médias. C’est la corruption que les gens devraient pointer du doigt, pas le piratage.

Corruption de Clinton

Pourquoi les Clinton circulent-ils toujours en liberté ? Pourquoi personne ne parle plus de poursuites ? Cette question est pour Trump, bien sûr. Il est vrai que j’ai prédit qu’après l’élection Trump abandonnerait tout son discours sur Hillary Clinton promettant de la mettre en prison presque immédiatement, mais j’aimerais entendre son argument pour savoir pourquoi elle ne devrait plus être poursuivie.

Importance du marché boursier

Pourquoi les économistes des médias se concentrent-ils sur le marché boursier ? Le marché boursier n’est rien de plus qu’un indicateur de suivi du déclin économique, et il n’est finalement pas pertinent pour représenter l’image financière dans toute sa complexité. Pourtant, la santé de l’économie est presque toujours d’abord liée à la performance du marché boursier (et au chiffre du chômage qui est également largement manipulé).

Si les actions devaient subir un retournement complet en Juin / Juillet comme je l’ai prédit juste après l’élection dans mon article Le monde souffre d’une commotion cérébrale après l’élection de Trump, cela signifiera-t-il que l’économie est finalement considérée « en déclin » ? Cela signifiera juste que l’économie a été en constante baisse depuis des années et que c’est seulement maintenant que le marché boursier reflète cette réalité.

En outre, pourquoi les gens écoutent-ils encore les économistes des médias ? Ils ont presque toujours faux, et les économistes alternatifs ont presque toujours raison. Ces « professionnels » supposés ne devraient-ils pas être à l’heure actuelle sans emploi ?

Immigration illégale

Pourquoi l’application des lois existantes sur l’immigration, qui ont été la norme pendant des décennies, sont-elles une question qui divise ? La plupart des pays dans le monde ont des lois strictes sur l’immigration, pourquoi est-ce que l’Amérique n’est pas autorisée à appliquer des lois similaires ? Pourquoi la gauche, en particulier, considère-t-elle le renvoi des immigrants clandestins comme du « racisme » ou du « fascisme » ? Je me rends compte qu’ils sont pour la plupart insensés, mais j’aimerais simplement entendre un argument valable et pratique de leur part et savoir pourquoi les États-Unis devraient spécialement être un espace aux frontières largement ouvertes et aussi pourquoi les conservateurs américains en particulier sont taxés de racistes simplement pour exiger que les lois actuelles soient suivies ?

Je ne veux pas entendre des arguments absurdes sur la fait que nous sommes une « nation d’immigrants ». Nous ne sommes pas une nation d’immigrants. Je suis né ici. La plupart d’entre nous sont nés ici. Nos ancêtres se sont établis ici et ont bâti cette nation à partir de rien [euhh … les Indiens, Brandon, NdT]. Cette nation est établie maintenant et l’est depuis des générations. Les temps changent et nous n’avons pas besoin d’un flot d’immigrants aléatoires. Au pire nous avons besoin d’une immigration hautement sélective avec seulement les gens les meilleurs, les plus brillants et les plus qualifiés du monde entier.

L’immigration clandestine n’est pas un débat. Il n’y a aucune raison logique de la défendre, à moins que votre but soit de submerger le système américain avec des électeurs démocrates potentiels ou de complètement déstabiliser le pays. Pourquoi doit-t-on encore débattre sur ce sujet ?

Les médias dominants sont en train de mourir

Le bastion de tout ce qui est « dominant », l’arbitre de ce qui est « fausses nouvelles » ou « vraies nouvelles », est de fait en déclin rapide, mais vous ne les entendrez jamais l’admettre publiquement. Beaucoup de médias alternatifs écrasent par leur nombre de lecteurs et de téléspectateurs de nombreuses publications et émissions de ces médias, mais une grande partie du public s’accroche encore au concept défectueux selon lequel il existe un niveau particulier de « professionnalisme » dans la production de ces vendeurs de narratives. Nous avons subi un lavage de cerveau avec des histoires d’« intégrité journalistique » qui nous amènent à considérer les médias comme d’un niveau plus élevé. Il s’agit, bien sûr, de pures ordures.

Comme on a pleinement pu s’en rendre compte avec cette dernière élection, il n’y a absolument aucune intégrité dans le domaine journalistique. Il y a seulement des gens avec des agendas et des gens qui se prostituent pour d’autres gens avec leurs ordres du jour. C’est tout. Vous pouvez trouver quelques âmes honnêtes du côté conservateur de l’appareil médiatique, mais en grande partie, le journalisme est comme un bordel à Vegas.

Malheureusement, notre société se trouve dans une période de transition où même si le public est sceptique vis-à-vis des médias traditionnels, il continue d’y prêter attention. Alors que les gens abandonnent rapidement ces « sources d’information » pour des sources plus indépendantes, cela est peut-être trop peu, trop tard. Comme je l’ai indiqué ci-dessus, il y a de nombreuses questions qui ne sont jamais posées ; de nombreuses solutions qui ne sont jamais présentées. La majorité ignore les options et les actions pratiques. Elle reste inconsciente de certaines vérités. Les médias grand public ont peut-être déjà fait tous les dégâts possibles. Tout ce qui reste aux analystes alternatifs, c’est de ramasser les morceaux, poser les bonnes questions, lutter pour les bonnes causes et voir si nous pouvons sauver ce désordre, avec du temps.

Brandon Smith

Liens

Cet article est a mettre en relief avec celui de dedefensa. Il est intéressant de voir que Brandon Smith, pourtant le nez dessus, n’arrive pas à poser l’affirmation de la destructuration des USA. Nostalgie…

Publicités

Auteur : erlande

68 ans;45 ans d'expérience dans la communication à haut niveau;licencié en lettres classiques;catholique;gaulliste de gauche à la Malraux;libéral-étatiste à la Jacques Rueff;maître:Saint Thomas d'Aquin:pro-vie sans concession.Centres 'intérêt avec connaissances:théologie,metaphysie,philosophies particulières,morale,affectivité,esthétique,politique,économie,démographie,histoire,sciences physique:physique,astrophysique;sciences de la vie:biologie;sciences humaines:psychologie cognitive,sociologie;statistiques;beaux-arts:littérature,poésie,théâtre,essais,pamphlets;musique classique.Expériences proffessionnelles:toujours chef et responsable:chômage,jeunesse,toxicomanies,énergies,enseignant,conseil en communication:para-pubis,industrie,services;livres;expérience parallèle:campagne électorale gaulliste.Documentation:5 000 livres,plusieurs centaines d'articles.Personnalité:indifférent à l'argent et aux biens matériels;généraliste et pas spécialiste:de minimis non curat praetor;pas de loisirs,plus de vacances;mémoire d'éléphant,pessimiste actif,pas homme de ressentiment;peur de rien sauf du jugement de Dieu.Santé physique:aveugle d'un oeil,l'autre très faible;gammapathie monoclonale stable;compressions de divers nerfs mal placés et plus opérable;névralgies violentes insoignables;trous dans les poumons non cancéreux pour le moment,insomniaque.Situation matérielle:fauché comme les blés.Combatif mais sans haine.Ma devise:servir.Bref,un apax qui exaspère tout le monde mais la réciproque est vraie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s